logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Près d'un actif sur cinq envisage une reconversion dans le sillage de la crise sanitaire

ISRH | Gestion des carrières | publié le : 09.07.2020 | Lys Zohin

Crédit photo

Selon une enquête réalisée par l'institut BVA pour Visiplus Academy, un organisme spécialisé dans la formation continue à distance, du 19 au 25 juin 2020, auprès d'un échantillon représentatif de 1000 actifs, près d'un actif sur cinq (18%) a commencé à se questionner sur la possibilité d'un changement sur le plan professionnel, dans le sillage de la crise sanitaire. Au total, 48% des personnes interrogées ont déjà envisagé, initié ou réalisé une reconversion professionnelle. Ainsi, 17% ont déjà réalisé une reconversion, 5% sont en cours, 12% ont commencé à se renseigner et 14% l'ont juste envisagée. Cette démarche apparaît comme une option professionnelle plus particulièrement chez les actifs âgés de 25 à 44 ans (54% parmi les 25-34 ans et 56% parmi les 35-44 ans ont au moins envisagé une reconversion) et parmi ceux qui occupent le même poste depuis quatre ou cinq ans (63%).

Parmi ceux qui réfléchissent à une reconversion depuis la crise sanitaire, la quête de sens et la recherche d'un meilleur équilibre vie professionnelle/vie personnelle apparaissent comme les premiers moteurs de changement : 58% ont ainsi déclaré avoir besoin de donner du sens à leur travail et 31% y ont songé pour des contraintes personnelles. D'autant que, qu'ils aient initié une reconversion ou qu'ils y réfléchissent simplement, les actifs identifient, parmi les déclencheurs, l'ennui et le manque de sens dans leur poste actuel. Deux phénomènes identifiés par 40% des actifs en cours de reconversion et 45% des actifs qui l'envisagent. La pression subie dans leurs tâches quotidiennes est également une motivation au changement, pour 36% des actifs en reconversion et 34% de ceux qui l'envisagent. Par ailleurs, les accidents de parcours, tels que des problèmes de santé (33%) et un licenciement ou des restructurations dans l'entreprise (26%) constituent également des moteurs de changement importants chez les actifs en cours de reconversion. Enfin, la volonté de transposer leur passion en métier (36%) arrive en troisième position pour ces derniers. Les actifs qui sont encore au stade de la réflexion ajoutent à cette liste une meilleure rémunération (46%). Enfin, interrogés sur les freins à la mise en œuvre de leur projet de reconversion, les actifs identifient clairement la nécessité de préserver leur sécurité financière (46%), suivi du manque de maturité de leur projet (32%) et de la crainte de l'échec (28%).

Auteur

  • Lys Zohin