logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Contrat engagement jeunes : un focus particulier sur les plus éloignés de l'emploi

Gestion de l'emploi | publié le : 17.03.2022 | Gilmar Sequeira Martins

Jeune en rupture

Lancé le 1er mars 2022, le Contrat engagement jeune (CEJ) va désormais aussi cibler plus spécifiquement les jeunes "en rupture", à savoir les plus éloignés de l’emploi du fait de difficultés particulières (absence de domicile fixe, sortie de l’assistance sociale à l’enfance, décrochage scolaire, situation d’addiction…).

Cette population, évaluée à quelques dizaines de milliers de personnes par le ministère du Travail, ne franchit ni les portes des missions locales ni celles de Pôle emploi. Pour leur venir en aide, des parcours spécifiques leur seront proposés, qui vont s’inspirer des meilleures pratiques repérées dans le cadre des appels à projets "100 % inclusion, La fabrique de la remobilisation" ou "Repérer et remobiliser les invisibles" du Plan d’investissement dans les compétences (PIC). Les associations d’insertion et de lutte contre la pauvreté seront aussi mobilisées. Les parcours dédiés à ces jeunes éloignés de l’emploi seront des accompagnements plus intensifs et plus personnalisés, à base de formations, de stages et de sessions immersives en entreprise.

Le ministère du Travail se fixe pour objectif de "proposer 20 000 CEJ à des jeunes en rupture". 100 millions d’euros ont d'ores et déjà été débloqués à cet effet. Auxquels viennent s’ajouter des enveloppes supplémentaires : 10 millions d’euros pour l’accompagnement vers le logement ; 10 millions pour améliorer l’accès aux soins et la détection des troubles de santé mentale (500 000 euros) ; et 7 millions dédiés à l’accès à la mobilité. Afin de capter un maximum de candidats potentiels, les expérimentations issues de l’appel à projets "100 % inclusion, La fabrique de la remobilisation" seront prolongées afin que les jeunes qui en bénéficient puissent se voir proposer des parcours spécifiques associés au CEJ. Ces parcours devraient être opérationnels à partir de l’été. Ils auront une particularité : leur périmètre d’action pourrait être circonscrit à un bassin d’emploi. Selon un conseiller de la ministre du Travail, ce filtrage permettra de mobiliser des acteurs locaux plus proches du terrain.

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins