logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Vingt améliorations possibles de l'appli CPF

Formation | publié le : 28.01.2021 | Benjamin d'Alguerre

« Bien, mais peut mieux faire ». C’est en substance le message adressé par l’organisme de formation Lingueo à la Caisse des dépôts et consignations (CDC), gestionnaire du compte personnel de formation (CPF). Car malgré les près de 930.000 dossiers passés par l’application MonCompteFormation (MCF) en 2020, première année de son déploiement, l’outil n’est pas encore complètement au point, estime Lingueo après avoir réalisé, en novembre dernier, une enquête auprès de prestataires de formation, de clients et d’organismes certificateurs.

Comment améliorer la plateforme ? Les vingt pistes avancées sont parfois très simples, comme l’envoi d’un email de rappel aux usagers n’ayant pas encore transféré leur Dif sur leur CPF, l’envoi d’une information par mail ou téléphone dès l’implémentation des crédits annuels sur le compte ou l’amélioration de la visibilité de la hotline associée au service. Parmi les autres suggestions, un développement de la visibilité du CPF par le grand public grâce à une campagne de communication sur l’année 2021 est aussi suggéré.

L’enquête propose aussi des améliorations techniques de l’outil : affichage pondéré des notes des organismes recensés pour influer sur le ranking de la plateforme, ajouts des avis écrits des anciens stagiaires pour permettre aux clients de mieux se faire leur avis sur la qualité de l’organisme choisi, simplification de l’interface du moteur de recherche ou indication claire de sa labellisation Qaliopi quand elle existe. Côté sécurité, alors que les premières arnaques au CPF commencent à être recensées par les acteurs, Lingueo suggère d’associer toute commande en ligne à une confirmation par SMS.

La création de services d’aide pendant et après la formation est aussi recommandée, comme la possibilité d’entrer en formation sans étape de validation quand cela est possible, la facilitation des recours en cas de contentieux ou la génération automatique d’une attestation de formation en fin de cursus.

L'enquête pointe la nécessité d'une amélioration de la relation des acteurs impliqués dans la démarche MCF, via une ouverture étendue de l'interface (API) pour une meilleure gestion des différentes étapes du processus: enregistrement de nouvelles demandes, gestion des entrées en formation, accélération des paiements des prestataires, mise en ligne de « fiches de présentation » des organismes ou flexibilité accrue dans le choix des échéances de paiement. Ces upgrades pourraient s'accompagner d'une fusion des systèmes d’information de France Compétences et de la Caisse des dépôts.

Dernière évolution suggérée : celle des relations entreprises-organismes de formation. Qui pourrait passer par la possibilité laissée aux employeurs de conserver les abondements non-utilisés pour les flécher vers d’autres projets dans une durée de 12 mois ou d’ouvrir l’interface aux entreprises abondeuses afin que celles-ci puissent suivre en direct le déroulement des opérations, de la réservation du stage de formation jusqu’à l’édition de l’attestation finale.

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre