logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

"Rendre un maximum de formations éligibles au CPF : un axe de progression pour l'INA"

Formation | publié le : 30.11.2021 | Benjamin d'Alguerre

L'Institut national de l'audiovisuel (INA) poursuit le développement de son catalogue de formation. Déjà présent sur la formation initiale, la formation professionnelle et l'alternance, le campus de l'institut se tourne désormais vers la digitalisation de son offre et le CPF. Rencontre avec Jean-Marc Boréo de l'INA Campus. 

Quelle est la situation de l’écosystème de formation de l’INA ?

Jean-Marc Boréo : L’activité de formation de l’INA est une des missions centrales de l’Institut depuis sa création, ce qui lui a permis de bâtir une solide expertise. Chaque année, l’INA accueille, sur son campus de Bry-sur-Marne, 400 étudiants (formation initiale) et près de 3 000 stagiaires (formation continue). Aujourd’hui, nous sommes idéalement positionnés pour former tous les salariés du secteur des médias numériques, avec un catalogue de près de 500 formations. Nous proposons quinze cursus allant de "classe alpha" (gratuit et sans condition de diplôme) aux masters, en passant par les BTS. Nos cursus sont évidemment ouverts à l’alternance, une orientation forte et cohérente avec notre volonté de préparer au mieux à la pratique professionnelle.

Développez-vous une offre de formations de durées plus courtes, à destination des entreprises ?

J.-M. B. : Oui, nous y travaillons. Une grande partie des entreprises pour lesquelles nous formons des salariés appartiennent à l'écosystème audiovisuel, notamment au broadcast (chaînes de télévision, sociétés de production, radios…). Nous formons aussi aux médias des salariés issus de groupes hors du champ audiovisuel, comme Air France, LVMH, BNP, RATP ou encore Renault qui veulent renforcer leurs services de communication, leur présence sur le Web ou dont les manifestations nécessitent des compétences particulières sur l’enregistrement vidéo ou l’ingénierie du son. C’est un chantier sur lequel nous avançons encore.

L’offre de l’INA est-elle digitalisée et accessible par le biais de dispositifs de type e-learning ?

J.-M. B. : La digitalisation fait partie de notre stratégie, et depuis longtemps ! 250 formations environ sur les 480 du catalogue comportent d’ores et déjà des modules numériques. Nous poursuivons cette dynamique et travaillons pour renforcer notre offre 100 % digitale. Un autre axe de progression pour nous consiste à rendre un maximum de nos formations éligibles au CPF, ce qui va demander un grand travail, pour rester dans les clous financiers du compte personnel de formation. C’est un fort enjeu de GPEC pour ces entreprises.

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre