logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Pierre Deheunynck, nouveau président de France Compétences

Formation | publié le : 03.09.2021 | Benjamin d'Alguerre

Par arrêté du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, en date du 3 août, Pierre Deheunynck, ancien directeur général-adjoint en charge des ressources humaines au sein du groupe Engie, est nommé président par intérim de France Compétences, l’établissement public en charge de la régulation et de la distribution des fonds de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Il succède à Jérôme Tixier, ex-DRH de L’Oréal qui présidait l’instance depuis sa création en janvier 2019.

Diplômé en droit social à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Pierre Deheunynck a occupé, entre 1986 et 2005, les postes de directeur des ressources humaines d’entités et de divisions au sein du groupe Danone, avant de devenir, en 2005, directeur général en charge du développement des hommes et des organisations du groupe agroalimentaire. directeur des ressources humaines du groupe Crédit Agricole, il rejoint Engie à l’été 2016, assurant temporairement les fonctions de directeur général-adjoint, en charge des RH, de la communication et de la marque du Groupe Engie, avant de quitter ses fonctions en septembre 2020.

Pierre Deheunynck prend ses fonctions alors que France Compétences connaît de vives tensions de trésorerie. Plombé par le financement « à enveloppe ouverte » de l’apprentissage et du compte personnel de formation (CPF), l’établissement public pourrait terminer l’année 2021 avec un déficit estimé de 2,5 à 3 milliards d’euros… après avoir déjà été recapitalisé par l’État à hauteur de 750 millions à la suite de sa première année d’exercice en 2020. Dans un relevé de conclusions sur le bilan de la loi Pénicaud de 2018 remis à la ministre du Travail, Élisabeth Borne, en juillet 2021, les partenaires sociaux proposaient plusieurs pistes pour réformer France Compétences, appelant notamment à une restriction des achats de formation au titre du CPF, une participation de l’Éducation nationale au financement de l’apprentissage et un rééquilibrage de la gouvernance de l’établissement public, jugée trop favorable à l’État au détriment des régions et des organisations syndicales et patronales.

 

 

 

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre