logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Plus de 50 % des prestataires de formation ont maintenu les liens avec leurs stagiaires pendant la crise

ISRH | Organismes de formation | publié le : 02.07.2020 | Benjamin d'Alguerre

54,9 % des établissements disposant de financements issus des OPCO et du secteur public ont pu poursuivre leur enseignement à distance.

Crédit photo waranyu/Adobe Stock

Plus de la moitié des organismes de formation et des CFA ont maintenu un lien avec leurs apprenants durant le confinement. C’est ce que révèle une étude Dares/Carif-Oref réalisée pour le compte du ministère du Travail et de Régions de France. Alors que les établissements de formation ont tous été fermés mi-mars par décision administrative et tenus de poursuivre leur activité à distance, seuls 46,9 % d’entre eux ont pu continuer à assurer leur formation en e-learning. Quasiment autant ont suspendu leurs prestations le temps du confinement et 6,2 % ont été contraints de fermer mais ont maintenu le contact avec leurs stagiaires confinés. À noter que 2,4 % des établissements proposaient déjà des formules de formation tout-distanciel.

Les suspensions de formation s’expliquent à 46 % par le besoin de plateaux techniques pour assurer les cours et à 27% par l’absence de  ressources pédagogiques compatibles avec l’apprentissage distanciel ou de solutions techniques (24 %) pour mettre en place des outils e-learning. Enfin, 22 % ont dû mettre leur offre de formation en stand-by suite à l’annulation de la formation par leurs clients malgré l’existence d’une alternative. Parmi les organismes ayant dû suspendre leur activité, 48 % disent avoir rencontré des problèmes avec l’impossibilité pour leurs apprenants de suivre les formations (32 % de ces derniers invoquant des problèmes personnels ou de santé) et 28 % font état de difficultés à se faire payer. De leur côté, les stagiaires expliquent l’arrêt de la formation par l’absence de matériel nécessaire (56 %), la contrainte de la garde d’enfants (48 %) et l’insuffisance d’autonomie dans le process d’apprentissage (35 %) ou de compétences techniques pour suivre les formations à distance (34 %). Sur ce dernier point, les avis ne sont pas partagés car 73 % des organismes estiment que les stagiaires sont capables de suivre un enseignement distanciel.

Pour développer une offre à distance, les organismes de formation ont besoin d’une plateforme intégrée, répondent 46 % d’entre eux. 78 % indiquent un besoin d’outils de messagerie et 56 % d’outils de partages de fichiers. Quant aux outils de webconférences, ils sont reconnus utiles par 76 % des répondants.

Le multifinancement des établissements et la présence de financeurs publics a contribué au maintien de leur activité. 54,9 % de ceux disposant de financements issus des OPCO et du secteur public ont pu poursuivre leur enseignement à distance, tout comme 52,5 % de ceux disposant de fonds OPCO, publics et privés (entreprises, usagers eux-mêmes depuis leur CPF…). En revanche, seuls 38,3 % des organismes dépendant de ressources exclusivement privées ont pu maintenir une offre de formation en ligne. Sur le plan géographique, 60,3 % des établissements situés en Nouvelle-Aquitaine, 58,8 % dans les Hauts-de-France et 56,1 % installés en Bourgogne-Franche-Comté ont pu conserver une activité distancielle. Lanternes rouges : le Centre-Val-de-Loire (38,3 %), la Corse (33,8 %) ou La Réunion (28,1 %).

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre