logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Modernisation des organismes de formation : un premier appel à projets à 100 millions d’euros

Formation | publié le : 01.04.2021 | Benjamin d'Alguerre

Le chantier de modernisation et digitalisation des organismes de formation, budgété à 300 millions d’euros dans le cadre du plan de relance, entre dans le dur. Le 31 mars, Carine Seiler, Haute-commissaire aux compétences (photo), recevait au ministère du Travail l’essentiel des acteurs engagés dans cette transformation. Autour de la table étaient réunis près d’une soixantaine de participants pour mettre en place le futur plan de bataille : les organisations patronales et syndicales représentatives, mais aussi la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP), les Régions, la Fédération de la formation professionnelle (qui inaugurait le jour même sa nouvelle identité sociale : « les Acteurs de la compétence »), le Synofdès représentant les organismes de formation de l’Économie sociale et solidaire, la Fédération des dirigeants de CFA (Fnadir), le Forum des acteurs de la formation digitale (FFFOD) ou Centre Inffo.

La crise l’a démontré : il y a urgence à digitaliser organismes de formation et CFA. Car durant la crise, et malgré la mise à disposition par le ministère du Travail de contenus pédagogiques gratuits pour aider les établissements à conserver le contact avec leur public en formation dès le premier confinement de mars 2020, l’offre de formation a parfois eu du mal à rester au niveau. Environ un tiers des établissements n’ont pas pu franchir le cap de la numérisation. D’où les initiatives que le Haut-commissariat entend prendre dès le mois de mai avec un premier appel à projets de 100 millions d’euros mis sur la table pour financer des formations innovantes et accompagner les organismes de formation dans leur transformation digitale.

De quoi rassurer et rassénérer la Fnadir, qui a récemment pu avoir des mots très durs à l’encontre du ministère. « Nous avions peur que cet accompagnement se traduise par un énième plan de distribution de matériel informatique, mais ce qui nous a été présenté le 31 pointe au contraire l’importance d’un accompagnement global des établissements et de leurs équipes », se réjouit Pascal Picault, directeur du CFA Formaposte et vice-président de la Fnadir. Un futur label devrait permettre d’identifier les prestataires susceptibles d’assurer cet accompagnement auprès des organismes de formation. Quant à l’innovation attendue, elle devrait aussi passer par le rapprochement de l’offre de formation avec les réseaux de tiers-lieux et autres Fab Labs où peuvent se réunir professionnels de l’éducation, formateurs et stagiaires afin d’y démultiplier les apprentissages informels. « Si cela fonctionne, la France pourrait devenir le leader européen de la digitalisation des organismes de formation ! », espère Pascal Picault.

La Fnadir entend bien s’adapter à cette nouvelle donne. La Fédération vient d’ailleurs de lancer une grande consultation de ses quelque 600 adhérents pour réfléchir à une politique de futurs achats de matériel et de prestations groupées pour accélérer la digitalisation de son réseau. Une possibilité facilitée par le transfert de la prime de 500 euros, initialement mise en place pour équiper chaque apprenti en matériel numérique vers les établissements.

 

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre