logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le secteur des charcutiers-traiteurs met en place une politique Pro-A

Formation | publié le : 29.09.2022 | Benjamin d'Alguerre

Charcutiers et traiteurs recherchent compétences désespérément. Pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans ces secteurs, les partenaires sociaux de la branche des charcutiers-traiteurs ont négocié et conclu un accord de mise en place du dispositif de promotion ou de reconversion par l’alternance (Pro-A) afin de susciter les vocations dans des secteurs qui manquent non seulement de bras, mais où 50 % des artisans-commerçants chefs d’entreprise doivent prendre leur retraite dans les années à venir et où certains métiers – comme celui de traiteur spécialisé dans l’évènementiel – ont été durement impactés par la crise Covid.

Dans ces conditions, le panel des compétences recherchées est large. CAP cuisine, CAP charcutier traiteur, brevet de maîtrise de traiteur organisateur d’événements, CQP poissonnerie, CQP manager de boutique, BTS de management opérationnel… en tout, c’est un peu plus d’une vingtaine de certifications, titres et diplômes montant jusqu’au niveau équivalent  bac + 3 (licence) que l’accord rend éligible à la Pro-A. Deux certifications consacrées à l’acquisition des compétences de base, CléA et CléA numérique, figurent également dans la liste des qualifications retenues par les partenaires sociaux de la branche.

Conformément à la réglementation née de la loi "avenir professionnel" du 5 septembre 2018, la durée de l’action de professionnalisation dans le cadre d’une promotion ou reconversion par alternance est comprise entre six et douze mois pour l’ensemble des publics éligibles au dispositif avec possibilité pour les partenaires sociaux de décider d’un avenant pouvant pousser cette durée jusqu’à 24 mois. Les actions de formation situées dans le périmètre de l’accord sont prévues pour être réalisées sur le temps de travail du salarié. Des dérogations sont cependant prévues si le stagiaire en formation est le chef d’entreprise ou le conjoint salarié. Dans ces conditions, tout ou partie de la formation est susceptible d’être réalisé hors temps de travail.

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre