logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

L’Afpa autorisée à recapitaliser ses filières

Formation | publié le : 10.12.2020 | Benjamin d'Alguerre

Deux arrêtés parus au JO le 5 décembre dernier autorisent l’Afpa à remettre de l'argent dans ses deux filiales. Soit 43,7 millions d’euros pour Afpa Entreprises et 32,8 pour Afpa Accès à l’Emploi, deux structures mises en place en 2016 lors de la transformation de l’association entre établissement public industriel et commercial (EPIC), afin de permettre à l’Afpa de répondre à des appels d’offres sur le marché privé. Cette recapitalisation s’accompagne d’une augmentation du capital social des deux entreprises qui emploient respectivement 500 et 130 salariés.

Concrètement, les transferts de fonds de l’EPIC aux deux filières se traduisent par de nouveaux apports en nature de créances (131,8 millions pour Afpa Accès à l’Emploi, 47,5 millions pour Afpa Entreprises), des apports en numéraire (33 millions pour Afpa Accès à l’Emploi, 5 millions pour Afpa Entreprises) et des apports en nature de dette (132 millions pour Afpa Accès à l’Emploi, 8,8 millions pour Afpa Entreprises).

Mais à l’heure où les missions de service public de l’Afpa l’orientent de plus en plus vers des activités d’insertion sociale (développement de tiers-lieux « Afpa Villages », mise en place des dispositifs « prépa compétences » pour les chômeurs éloignés de l’emploi et « promo 16.18 » en direction des décrocheurs scolaires), cette compensation du déficit des filiales interroge sur le positionnement de l’Agence dans l’écosystème de la formation. « Cette recapitalisation forcée trahit l’absence de stratégie de la direction nationale de l’Afpa pour l’établissement », confie un syndicaliste de l’Epic. D’autant qu’elle intervient dans un contexte troublé pour l’Afpa, dont le plan de départs volontaires, censé lui offrir davantage de respiration financière, a été retoqué par le tribunal de Bobigny en juin dernier. Le résultat de l’appel interjeté par la direction est attendu le 16 décembre prochain.  

 

 

 

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre