logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Formation professionnelle, un think tank veut repenser le made in France

Formation | publié le : 11.01.2022 | Lucie Tanneau

MADE IN FRANCE

Douze ans après sa création, l'association "Origine France Garantie"1 lance le premier et unique think tank consacré au made in France. Baptisé le Lab’ Origine France Garantie, ce premier laboratoire d’idées sur le made in France s’est donné comme objectif de mettre des propositions sur la table à quelques mois de l'élection présidentielle. S’appuyant avant tout sur les témoignages d’entreprises et d’acteurs de terrain, le Lab’ Origine France Garantie a choisi de se concentrer sur les sujets d’avenir pour l’industrie française dont trois en priorité : la formation professionnelle, la transition numérique et le développement durable. 20 à 25 propositions concrètes pour réindustrialiser la France seront dévoilées en mars dans une étude de 80 pages.

Sur la formation professionnelle, l'association s'est entretenue avec quelques entrepreneurs du réseau, syndicats d'enseignements et fédérations professionnelles afin de rendre des préconisations avant l'élection présidentielle. Julien Vialar, le directeur technique opérationnel de l'association révèle les premières pistes. "Nous recommandons de donner une place aux métiers manuels et industriels dans les parcours pédagogiques et scolaires, que les jeunes fassent des visites d'usines et que l'on sensibilise les jeunes, dès le plus jeune âge, aux questions industrielles, comme on le fait dans les écoles pour le recyclage ou les déchets", défend-il.

"Il faut aussi se poser la question de l'orientation", reprend-il alors que "trop de filières professionnelles aujourd'hui sont vues comme des voies de secours, ou des voies par défaut, méprisées par les parents ou enseignants", regrette-t-il.

Pour lui, la réindustrialisation de la France, "demande des actions concrètes et constantes". "Des entreprises privées, telles Hermès pour le cuir, ou des branches, comme l'UIMM, ont dû développer leur propre formation pour pallier le manque d'écoles qui forment à ces métiers dont les usines ont besoin", rappelle-t-il, citant les métiers du cuir ou de la métallurgie. L'initiative gouvernementale des "écoles de production" est, selon Origine France Garantie, une bonne chose, "mais on en est aux balbutiements et l'idée peut encore tomber aux oubliettes", craint l'association qui veut donc alerter tous les candidats.

"L'objectif est vraiment de porter à la connaissance de tous les problèmes que rencontrent les industriels et d'insister sur le fait que les efforts doivent être constants", détaille Julien Vialar. "Tout ce qui nous entoure est industrie, le téléphone, les vêtements... or l'industrie souffre d'une image péjorative. Pourtant les métiers aujourd'hui, même s'il reste des contraintes fortes et de la pénibilité, sont modernes. On a besoin de savoir-faire et de main-d'œuvre. Il faut casser les préjugés pour encourager la formation et les recrutements dans ces filières", conclut-il.

 

(1) Origine France Garantie est l’organisateur des Assises du produire en France qui se dérouleront à Bordeaux les 11 et 12 Mars 2022. Les travaux du think tank enrichiront les débats et tables rondes durant l'événement.

Origine France Garantie rassemble les acteurs qui souhaitent participer à une certification volontaire, innovante et transparente de l’origine française des produits et des services. Elle a pour mission de défendre et valoriser la Marque France dans tous les secteurs d’activité. Plus de 600 entreprises et 3 000 gammes de produits sont aujourd’hui certifiées.

 

Auteur

  • Lucie Tanneau