logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

En Allemagne, l'apprentissage n'a plus la cote

Formation | publié le : 27.04.2022 | Lys Zohin

A trainee in the metalworking industry and the instructor check

Prise en exemple par la France sur la question de l'apprentissage, l'Allemagne souffre en fait d'un désintérêt de plus en plus grand pour la formule... Et alors que les entreprises cherchent désespérément des candidats pour la saison d'apprentissage qui s'annonce, elles ont clairement du mal à séduire. De fait, selon une nouvelle étude de l'institut de recherche économique IW, près de 40 % des postes d'apprentis ne sont actuellement pas pourvus. Non seulement quelque 63 000 postes d'apprentis n'ont pas trouvé preneurs en 2021, soit environ 12 % de tous les postes en apprentissage ouverts, mais en plus, ce chiffre ne prend en compte que les apprentissages qui sont officiellement annoncés sur les plateformes d'emplois en Allemagne. "Si l'on y ajoute tous les postes d'apprentis qui ne sont pas enregistrés auprès des agences d'emploi pour différentes raisons, la proportion de postes vacants est beaucoup plus élevée, et avoisine les 40 %", précisent les chercheurs d'IW. Et ils considèrent que les entreprises ont une responsabilité dans ce désintérêt de la part des jeunes. En conséquence, l'institut de recherche économique leur recommande de mieux les traiter et de leur offrir, par exemple, davantage de soutien pendant leurs heures libres, mais surtout, d'adopter des politiques visant à les aider en matière de logement et de mobilité, pour s'assurer d'une meilleure qualité de vie des jeunes apprentis et donc d'un plus grand attrait pour les candidats. Les apprentissages les plus boudés actuellement sont ceux liés à la vente de viande, avec 60,4 % des postes non pourvus, suivis du métier de plombier (38,9 % de postes non pourvus), de la restauration (37,5 %) et de la cimenterie (33,8 %). "Le manque de travailleurs qualifiés ne doit pas devenir un frein permanent à notre croissance", a ainsi déclaré le ministre du Travail, Hubertus Heil (SPD), bien décidé à relever le défi de l'apprentissage.

Auteur

  • Lys Zohin