logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Déjà 100 réponses pour l’appel à manifestation d’intérêt sur les Transitions Collectives 

Formation | publié le : 08.01.2021 | Benjamin d'Alguerre

Crédit photo

« Une dynamique s’est créée autour du dispositif Transitions Collectives ! » s'est félicitée le ministère du Travail le 6 janvier, à l’issue d’une rencontre avec les partenaires sociaux consacrée à ce futur dispositif, qui vise à faciliter les transitions professionnelles des salariés entre des entreprises qui licencient et celles qui embauchent sur un même bassin d’emploi. À ce jour, une centaine de groupements d’acteurs ont répondu à l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) que le ministère a lancé le 28 novembre pour organiser le dispositif dans les territoires. Parmi eux, 40 correspondent à des territoires industriels, « preuve de la pertinence et du dynamisme de cette initiative », indique-t-on dans l’entourage d’Élisabeth Borne.

Si quelques dossiers – notamment portés par des organismes de formation – ne correspondent pas au cahier des charges établi rue de Grenelle et se sont vus écartés, les autres sont le fait d'une grande diversité d'acteurs en fonction des réalités territoriales. Si les Opco (en charge du financement), les opérateurs du CEP (qui assureront le suivi des salariés en transition) et les Associations Transitions Pro chargées du pilotage des futures opérations restent incontournables, s’y ajoutent d’autres organismes : Pôle emploi, opérateurs du CEP, Régions, organisations syndicales ou patronales, etc. « En Centre-Val de Loire, un projet associe notamment la Direccte, la Région, l’Agence au développement économique, Transition Pro, les Opco, le Carif-Oref, l’Apec ou encore Pôle emploi », explique le ministère.

Côté administratif, l’instruction aux Direccte sur la mise en place des partenariats entre ATPro, Opco et opérateurs du CEP partira du ministère cette semaine afin que le dispositif Transitions Collectives devienne opérationnel au plus tôt. Les modèles d’accords (type GPEC) entre entreprises impliquées dans le dispositif et les autres acteurs territoriaux sont encore attendus. Sur le plan financier, Transitions Collectives bénéficiera d’une enveloppe de 500 millions d’euros (venue du FNE-Formation) sur deux ans.

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre