logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

L'Opcommerce franchit la barre des 100 000 contrats d'alternance

Apprentissage | publié le : 22.02.2022 | Benjamin d'Alguerre

Commerce

Carton plein pour l’alternance dans le commerce. En 2021, l’Opcommerce, l’opérateur de compétences de la grande distribution et du commerce de proximité, a financé 100 575 contrats d’alternance, soit une hausse de 49 % par rapport à 2020 et de 130 % par rapport à 2019. Sans surprise, c’est l’apprentissage qui porte cette croissance puisqu’ils représentent 81 % des contrats (81 952 précisément) contre 46 929 en 2020, soit une augmentation de 74 %. Avec ces résultats, l’Opcommerce pèse désormais à lui seul près de 11,5 % des contrats d’apprentissage signés en 2021, tous Opco confondus.

La professionnalisation, en revanche, est en recul. Avec 18 723 "contrats de pro" enregistrés en 2021 (contre 20 459 en 2020), l’Opcommerce accuse une diminution de 8 % sur ce type particulier de contrat d’alternance. Ce sont d’ailleurs surtout les grands groupes qui restent attachés à ce contrat qui arrive en tête dans les entreprises de 300 salariés et plus (45 %) même si les PME ne l’ont pas forcément abandonné (41 %). C’est surtout dans les entreprises de taille intermédiaires (50 – 299 salariés) qu’il connaît le plus net recul (14 %). À l’inverse, TPE et PME ont trouvé leur vitesse de croisière avec l’apprentissage. Les plus grandes signataires de tels contrats sont des structures de moins de 50 salariés (58 %), dont celles de moins de 11 (41 %).

"La montée en puissance de l’apprentissage dans les entreprises du commerce concerne tous les niveaux de formation de façon très égalitaire", se félicite l’Opcommerce. La preuve : en 2021, les bénéficiaires d’un contrat d’apprentissage visaient à 34 % une certification de niveau 3 et 4 (CAP, BEP, BAC), à 33 % une certification de niveau 5 (BTS, DUT) et à 33 % une certification de niveau 6 et 7 (licence, master). La part des certifications de niveau 3 et 4 connaît la plus forte hausse en 2021 (+ 122 %), suivie par les certifications de niveau 5 (+ 46 %) et de niveau 6 et 7 (+ 45 %). Côté professionnalisation, les CQP (Certificats de qualification professionnelle) et les reconnaissances CCN représentent 64 % des certifications visées par les bénéficiaires. Viennent ensuite les certifications de niveau 3 et 4 (16 %), de niveau 6 et 7 (13 %) et de niveau 5 (7 %).

Les titulaires d’un contrat d’apprentissage plébiscitent avant tout ce mode de formation pour obtenir, respectivement, un BTS Management commercial opérationnel, un titre professionnel d’employé commercial en magasin ou un bac pro métiers du commerce et de la vente. Le contrat de pro tente plutôt les candidats, toujours dans l’ordre, au CQP employé de commerce, au titre professionnel employé commercial en magasin et au BTS management commercial opérationnel. Les secteurs du commerce à prédominance alimentaire (39 %), des fruits, légumes, de l’épicerie et des produits laitiers (11 %) et du commerce de détail non alimentaire (8 %) constituent les plus gros consommateurs d’alternants parmi les vingt branches adhérentes à l’Opcommerce.

 

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre