logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

L'alternance a progressé de 20% dans la finance, le conseil et l'assurance

Apprentissage | publié le : 09.12.2020 | Benjamin d'Alguerre

Apprentissage dans la banque

Crédit photo Andrey Popov - stock.adobe.com

L’alternance a connu un bond substantiel dans le périmètre de l’Opco Atlas (assurance, banque, conseil et finance) depuis la rentrée 2020. Fin novembre, l’opérateur enregistrait 70.087 contrats dans les 750 CFA de son réseau à raison d’environ 55.000 contrats d’apprentissage et 15.000 contrats de professionnalisation. Soit une progression de 20% par rapport à 2019, qui s’explique en partie par la mise en place, dès le mois de juillet, des primes aux recrutements d’alternants par le ministère du Travail. « En mai-juin dernier, nous redoutions que la crise de la Covid-19 et le premier confinement cassent la bonne dynamique enregistrée en 2019. L’instauration d’une prise en charge complète des coûts de l’alternance par l’État a permis de faire repartir les chiffres à la hausse », se félicite Philippe Degonzague, président (Syntec) d’Atlas. Cette dynamique de croissance devrait se poursuivre en 2021 grâce, notamment, à la sécurisation de la prise en charge financière des coûts-contrats par France Compétence l’année prochaine comme s’y sont engagés Jean Castex et Élisabeth Borne fin novembre.

La réforme de la formation professionnelle de 2018 a toutefois modifié les jeux de vases communicants entre apprentissage et professionnalisation dans le champ d’Atlas. Les nouvelles règles de prise en charge et la possibilité de bénéficier d’un contrat d’apprenti jusqu’à 30 ans ont nettement poussé l’apprentissage – qui représente désormais 64% de l’alternance – au détriment de la professionnalisation dont les effectifs ont fondu de 50%. 

Toutefois, le vrai basculement de l'alternance dans le périmètre d'Atlas tient moins aux nouveaux fléchages financiers qu'à l'évolution des métiers. «  L’arrivée de l’IA challenge énormément nos quinze branches professionnelles et particulièrement la branche bureaux d’études », reconnaît Yves Portelli, le directeur général de l'Opco. Quant aux professions bancaires qui, traditionnellement, recouraient à l'apprentissage comme mode de pré-recrutement, elles doivent se mettre au diapason des nombreuses annonces de suppressions d'emplois à venir dans le secteur des banques de détail pour faire évoluer les formations vers les métiers de chargés de clientèle. En réponse, Atlas a choisi d'accélérer l'accompagnement de ses CFA dans leur processus de digitalisation et de développement de nouvelles ingénieries pédagogiques. Un nouvel appel à projet de 4,4 millions d'euros est à l'agenda 2021. 

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre