logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

61 % des anciens apprentis en emploi six mois après l'obtention de leur diplôme en 2021

Apprentissage | publié le : 31.05.2022 | B d'A

young woman working in workshop

En sortie de crise sanitaire, l’apprentissage reste la voie en or pour l’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi. C’est ce que révèle une étude conjointe réalisée par la direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques du ministère du Travail (Dares) et de son homologue de l’Éducation nationale, la direction de l'Évaluation, de la Prospective et de la Performance (DEPP) à partir des taux d’insertion dans l’emploi de jeunes passés par la voie de l’alternance ou des lycées professionnels six mois après leur entrée dans le monde du travail.

Sur le papier, il n’y a pas débat. En juillet 2021, 61 % des anciens apprentis, du CAP au BTS, avaient trouvé un emploi six mois après la sortie de leur cursus de formation. Ce n’était le cas que de 36 % des ex-lycéens professionnels titulaires de diplômes semblables acquis par la voie scolaire. Toutefois, près de la moitié (49 %) de ces derniers ont enchaîné par une poursuite de leur formation à l’issue de leur cursus. C’est trois points de plus que pour leurs homologues de la séquence 2018-2019. Dans ces conditions, la scolarité par la voie professionnelle apparaît davantage comme une étape dans la formation de ces jeunes, là où 62 % des apprentis s’arrêtent après obtention de leur certification pour intégrer le monde de l’emploi.

La poursuite d’études est d’ailleurs perçue par les ex-lycéens pro comme une forme de sécurisation de leur parcours car, en sortie de crise sanitaire, le taux d’accès à l’emploi a diminué de cinq points. Certains cursus ont particulièrement souffert comme ceux de l’hôtellerie-restauration, du tourisme, de l’esthétique ou de la coiffure.

Chez les anciens apprentis, la nature du diplôme obtenu joue également sur l’accès à l’emploi. Les titulaires d’un CAP ne sont que 55 % à décrocher un job six mois après leur sortie de cursus, contre 70 % pour ceux qui sortent avec un BTS en poche. À noter cependant que le meilleur sésame pour l’emploi est le brevet professionnel qui permet à 72 % de ses titulaires de s’insérer sur le marché du travail.

Auteur

  • B d'A