logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

1,2 milliard d'euros vont être engagés au titre du CPF en 2021

Formation | publié le : 19.01.2021 | Benjamin d'Alguerre

Le CPF commence à prendre sa vitesse de croisière.

Gestionnaire du dispositif, la Caisse des dépôts et consignations (CDC) salue les résultats encourageants de l’année 2020 avec un milliard d’euros engagés au titre du financement d’actions de formation acquises au titre du CPF. « Nous sommes à 7.000 dossiers déposés en moyenne par jour », a indiqué Michel Yahiel, directeur des retraites et des solidarités au sein du groupe Caisse des dépôts, le 19 janvier, à l’occasion d’un échange avec l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis). Autre point de satisfaction : l’appropriation progressive de l’outil CPF par des publics non-cadres. « On reprochait à la formation de bénéficier en priorité aux publics déjà les plus qualifiés, mais la tendance semble s’inverser. Aujourd’hui, nous avons atteint une certaine parité hommes-femmes parmi les usagers et les deux tiers d’entre eux relèvent des catégories non-cadres. »

Idem pour le choix des formations achetées : les traditionnels cours d’anglais et de bureautique tendent à céder doucement la place à des cursus plus orientés « métiers » comme l’informatique ou la sécurité. Quant aux bilans de compétences, toujours très prisés des usagers du CPF, « ils restent pertinents dans le cadre d’un parcours de reconversion », note Yvan Ricordeau, secrétaire national CFDT en charge des questions de formation. En 2021, et au vu de la tendance à la hausse de l’usage de l’appli, la CDC prévoit d’engager 1,2 milliard au titre du CPF. Dès le 25 février, la géolocalisation des opérateurs du conseil en évolution professionnelle (CEP) chargés d’accompagner les usagers du CPF sera disponible sur l’appli.

L’ouverture du CPF des salariés aux abondements extérieurs depuis le mois de décembre 2020 ouvre de nouvelles possibilités dans la co-construction des parcours de formation.. mais suscite tout de même l’inquiétude. Notamment de voir les entreprises s’en emparer pour remplacer les plans de développement des compétences normalement à la main des employeurs. « Nous serons très vigilants face aux abus » annonce Yvan Ricordeau. Pour l’instant, cependant, ces abondements extérieurs restent marginaux. 4.000 depuis la mise en place de cette fonctionnalité et à raison de 2.000 euros en moyenne. Profil de l’entreprise abondeuse : « une PME qui a pris conscience de son besoin à transformer son modèle », explique Marie Dupuis-Courtes, de la CPME. 

 

 

 

 

 

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre