Michelin revoit son accord d'intéressement
Image

Après trois mois de discussions difficiles sur l'intéressement, la direction de la Manufacture française des pneumatiques Michelin (MFPM) a trouvé un compromis mercredi 19 avril avec trois syndicats sur quatre (CFE-CGC, CFDT et SUD), la CGT refusant de signer. La mise en place d’une part égalitaire a fait l’objet d’âpres débats : finalement, 20 % de l’intéressement seront versés de manière uniforme, le reste étant proportionnel au salaire. Cela concerne aussi bien l’intéressement sur le périmètre de la MFPM (plafonné à 1,5 % de la masse salariale totale), que l’intéressement sur chacun des 12 établissements français (plafonné à 3,5 %).

Des réserves. « C’est une avancée significative, car la répartition se faisait jusque là uniquement en fonction du salaire », se réjouit Laurent Bador, DS CFDT. « Dommage que nous n’ayons pas pu aller plus loin, à cause des atermoiements de la direction et de l’opposition de la CFE-CGC », estime Jérôme Lorton, DSC SUD. La CFE-CGC, elle, signe l’accord à reculons : « La direction n’a pas voulu augmenter l’enveloppe globale d’un centime », déplore le DSC, Jean-Christophe Laourde.
 
Deux critères sont retenus pour l’intéressement au niveau de la MFPM. Tout d’abord, le respect des délais de livraison, en remplacement de l’empreinte environnementale (consommation d’électricité et de solvants). « Sauf que les salariés ont peu de prise sur les livraisons, le plus souvent sous-traitées », déplore Jean-Michel Gilles, secrétaire général de la CGT Michelin.

Deuxième critère, déjà existant : le « nombre d’idées de progrès » proposées par les salariés, complété par la proportion d’innovations effectivement mises en œuvre. Quant aux critères d’intéressement pour chaque établissement, le plus souvent relatifs à la sécurité, à l’absentéisme et à la production, ils sont en cours de négociation.

Pour mémoire, à ces deux niveaux d’intéressement (établissement et MFPM), s’ajoute un troisième niveau groupe, couvrant MFPM et les filiales (lire Entreprise & Carrières n° 1325), régi par un accord signé en décembre dernier. L’intéressement remplace la participation dérogatoire, avec un seul critère – le taux de marge –, une part égalitaire de 33 % (une première, là encore) et un plafonnement à 5 % de la masse salariale totale.