logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Une reprise en mode dispersé dans le conseil (Syntec)

Marché de l'emploi | publié le : 05.07.2021 | Gilmar Sequeira Martins

L’année de l’irruption du SARS-CoV-2 a vu l’activité se contracter de 7,2 %.

Crédit photo

L’étude annuelle Syntec Conseil, l’une des organisations professionnelles de cette branche forte de 120.000 salariés, révèle un net contraste entre 2020 et 2021. L’année de l’irruption du SARS-CoV-2 a vu l’activité se contracter de 7,2 %. La fonte des effectifs aura cependant été modérée puisqu’ils n’ont reculé que de 1 %. La crise sanitaire a frappé plus durement les petites structures, en particulier les acteurs du conseil en recrutement et les instituts d’études. Leur niveau d’activité a lourdement chuté (-21,5%) ainsi que leurs effectifs (-6,7%). Les métiers des études ont également été impacté avec une baisse de 12 % de leur activité et de 4,8 % de leurs effectifs. Les agences conseil en communication ont également pâti de la situation, notamment les activités de l’événementiel, longtemps privées d’activité.

Les prévisions pour 2021 s’annoncent cependant sous de bien meilleurs auspices. En mai, 77 % des sociétés interrogées estimaient avoir retrouvé un niveau d’activité satisfaisant, voire supérieur à leur budget prévisionnel. L’étude prévoit en effet une progression de 11 % de l’activité par rapport à 2020, ramenée cependant à des proportions plus modestes (+3%) si la comparaison est effectuée avec l’année 2019. Quant aux effectifs, ils sont de nouveau bien orientés avec une progression attendue de 5 % sur la période de janvier à juin 2021.

Mais là encore, cette moyenne dissimule des situations contrastées. Si le conseil en stratégie et en management s’attend à une progression constante sur l’année avec un objectif de progression soutenue, aussi bien pour l’activité (+10%) que pour les effectifs (+5%), tel n’est pas le cas des autres secteurs. Les métiers des études tablent en effet sur un niveau d’activité en retrait par rapport à 2019, aussi bien sur le premier semestre (-5%) que sur le second (-6%), et avec une progression des effectifs très limitée (+1,4%) en janvier et juin 2021. Les activités de conseils en recrutement, qui avaient été les plus impactés en 2020, s’attendent à un premier semestre étale (-1%) et tablent sur un redressement au second semestre (+7%), tout en se montrant plus optimistes que les métiers des études sur la question des effectifs, avec une progression attendue de 9 % sur la période de janvier à juin.

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins