logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Les PSE de nouveau orientés à la hausse

Marché de l'emploi | publié le : 25.10.2022 | Gilmar Sequeira Martins

 

Un premier indice de retournement de conjoncture? Selon les données publiées par la Dares, la direction des statistiques du ministère du Travail, le nombre de plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) validés et/ou homologués augmente pour la première fois depuis le 4e trimestre 2020. Si les fluctuations en pourcentage peuvent paraître impressionnantes (+51,8 % par rapport au 1er trimestre 2022, après une baisse de 25,3 % au trimestre précédent), le nombre d’occurrences est plus réduit (85 procédures au 2e trimestre 2022). Pour autant, la hausse est bien réelle. Cette évolution se traduit par une augmentation du nombre d’entrées à Pôle emploi. Alors qu’elles avaient atteint un plus bas au 4e trimestre 2021, avec 24.338 personnes, soit moitié moins qu’au troisième trimestre 2020 (45.080), elles viennent de repartir à la hausse au 1er trimestre 2022, avec 26.121 entrées.

La situation est cependant sans comparaison avec celle qui avait suivi la crise financière de 2008, causée par les « subprimes ». Au 2e trimestre 2009, le nombre de PSE avait alors atteint 37.910 et les entrées à Pôle emploi avaient explosé pour dépasser les 80.000. Il aura fallu deux ans pour réduire de moitié ce nombre d’entrées. Ce n’est qu’au 3e trimestre 2011 que ce chiffre passe sous la barre des 44.000. En parallèle, le nombre de PSE a aussi décru, pour s’établir à 23.111 au 2e trimestre 2011. Le précédent pic de PSE couplé à des entrées massives à Pôle emploi date d’une décennie. Au 2e trimestre 2013, le nombre de PSE a atteint 31.961 unités, soit une progression de 28% en deux ans à peine. En parallèle, les entrées à Pôle emploi avaient touché, à la même période, 51.145 personnes.

L’embellie sur le marché de l’emploi est-elle sur sa fin? La conjoncture pourrait favoriser une telle hypothèse, avec une inflation toujours élevée, un approvisionnement et un niveau de consommation en énergie tributaire d’une météo de plus en plus instable et des pénuries diverses et variées. À cela s’ajoute une chute drastique de la production de crédit immobilier, indicateur clef de la bonne orientation de l’économie. Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, la production de crédit a reculé de 26,8% et le nombre de prêts accordés de 27,7%.

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins