logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le patron pro-Brexit des pubs JD Wetherspoons réclame davantage d'immigration

Marché de l'emploi | publié le : 02.06.2021 | Lys Zohin

Fervent militant pro-Brexit, Tim Martins, fondateur et patron de la chaîne de pubs JD Wetherspoons, vient de demander à Boris Johnson de mettre en place un dispositif d'immigration « raisonnablement flexible », favorisant les pays les plus proches du Royaume-Uni, autrement dit l'Europe continentale, afin de gérer la crise de la main-d'oeuvre qui sévit outre-Manche, en particulier dans l'hôtellerie-restauration. Sa chaîne de pubs étant affectée tandis que les activités reprennent, il précise que ce nouveau dispositif doit être le fruit d'une décision unilatérale de la part du gouvernement britannique et certainement pas l'aboutissement d'une négociation avec Bruxelles... Le nouveau système qu'il défend permettrait d'offrir plus facilement des visas à des travailleurs européens non-qualifiés, alors que le gouvernement visait jusqu'à présent un système de point à la canadienne ou à l'australienne, pour des salariés qualifiés. D'ailleurs, les règles post-Brexit rendent l'embauche de salariés non-qualifiés en provenance de l'Union européenne plus difficile.  L'homme d'affaires, habitué des propos tonitruants, a été raillé sur les médias sociaux. Au début de la pandémie, il avait incité, dans une vidéo, ses salariés à aller travailler dans la grande distribution et prévenait que le versement des derniers salaires serait retardé faute de trésorerie. Bon prince, il avait toutefois précisé que priorité en matière d'embauche serait donnée aux anciens membres du personnel au moment de la reprise. JD Wetherspoons a annoncé en mars vouloir investir l'équivalent de près de 170 millions d'euros dans de nouveaux pubs, qui induirait la création de 2.000 emplois supplémentaires. La chaîne, qui propose de la bière pas chère ainsi que des petits-déjeuners, lunchs et dîners, a vu le nombre de ses salariés baisser de 6.000 personnes l'an dernier, pour n'en compter plus que 38.000 aujourd'hui.

Auteur

  • Lys Zohin