logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Les services RH souffrent d’un déficit d’image chez les salariés

ISRH | Management RH | publié le : 09.11.2020 | Nathalie Tran

Crédit photo

L’action des services RH est mal perçue par les salariés, révèle la deuxième édition de l’étude RH 360°, réalisée par le cabinet de recrutement Fed Human auprès de plus de 2.000 candidats et 353 professionnels des ressources humaines*. En cinq ans, la situation semble s’être même dégradée. Seuls 58% des salariés interrogés disent avoir une vision claire des actions du service RH au sein de l’entreprise, contre 76% en 2015, date de la première enquête. Pour 42% d’entre eux, le manque de communication du service RH sur ses actions est cité comme étant la principale cause. À noter : les salariés de moins de cinq ans d’expérience et ceux de plus de trente ans d’expérience sont ceux qui ont l’image la plus claire de l’action de leur service RH dans leur entreprise (à 67 % contre 53 % en moyenne pour les autres).

Les sollicitations des salariés sont, par ailleurs, moins nombreuses qu’il y a 5 ans : 65 % des salariés déclarent faire appel une fois par an ou plus à leur référent RH, contre 80 % en 2015. Si une grande majorité des responsables RH se déclarent disponibles pour répondre aux salariés (71 %), surtout dans les PME entre 10 et 250 salariés (79 %), près d’un quart des répondants estime que leur référent RH ne leur répond jamais. Les décisionnaires RH qui se disent moins disponibles (29 %) mettent en cause le manque de moyens (équipes en sous-effectifs, pas de SIRH, etc.) et la multiplication des sujets assignés à leurs équipes.

Le rôle du service RH est toutefois bien identifié par les collaborateurs : interrogés sur ses trois principales missions, le recrutement arrive en tête (70%), suivi de l’accompagnement des salariés (54%), puis de la paye et de l’adminis­tration du personnel (44%). Les réponses des salariés sont plus ou moins identiques à celles de 2015. La mission “paye” a cependant perdu 30 points au profit, notamment, des mis­sions d’accompagnement (fidélisation et motivation des salariés).

Auteur

  • Nathalie Tran