logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Social : les cabinets ministériels s'étoffent

Acteurs RH Nominations | publié le : 01.09.2020 | Benjamin d'Alguerre

Crédit photo

Les cabinets ministériels s’étoffent dans le champ social. L’économiste Marc Ferracci (photo), ancien conseiller de Muriel Pénicaud au ministère du Travail en charge du dossier « assurance-chômage », a ainsi rejoint Matignon le 24 août dernier en tant que conseiller du directeur de cabinet de Jean Castex, Nicolas Revel. Il y sera en charge du suivi du plan de relance et de soutien à l’activité. Diplômé d’HEC Paris et docteur en sciences économiques, lauréat du prix du meilleur jeune économiste de France en 2016, il a enseigné de 2012 à 2016 à l’université de Nantes avant de rejoindre Sciences Po Paris et le laboratoire de microéconomie du Centre de recherche en économie et statistique (Crest).

Auteur d’obédience sociale-libérale, il a notamment publié «L’apprentissage. Donner la priorité aux moins qualifiés», en collaboration avec Pierre Cahuc (2015), «Dialogue social et performance économique» (2015) et «Évaluer la formation professionnelle» (2017). En 2013, aux côtés d’André Zylberberg et de Pierre Cahuc, il avait contribué à jeter un pavé dans la mare du monde de la formation professionnelle avec le rapport «Formation professionnelle : en finir avec les réformes inabouties» qui proposait entre autres de supprimer l’obligation légale de financement de la formation par les entreprises et la gestion paritaire de ces fonds. En 2014, en collaboration avec Bertrand Martinot, il critiquait l’insuffisance de la soutenabilité financière du système de compte personnel de formation (CPF) récemment créé dans la note de l’Institut Montaigne «Réforme de la formation professionnelle : entre avancées, occasions manquées et pari financier».

Avec Marc Ferracci aux côtés de Jean Castex, c’est un très proche du pouvoir élyséen qui s’installe à Matignon puisque non seulement celui-ci a fait partie des soutiens de la première heure d’Emmanuel Macron et du cercle d’économistes qui l’ont conseillé sur la réforme du marché du travail, mais il s’avère également avoir été son témoin de mariage.

Laurent Pietraszewski accueille lui aussi deux nouveaux collaborateurs au secrétariat d’État aux Retraites et à la Santé au travail : Léo Roesch, conseiller aux affaires financières et Stéphanie Deschaume, en charge du suivi de l’application des réformes.

Diplômé de la Paris School of Economics et de l’École normale supérieure (2014), Léo Roesch a débuté comme conseiller parlementaire de Vincent Peillon au Parlement européen avant de rejoindre Bercy où il fut notamment adjoint au chef de bureau à la politique industrielle, à la recherche et à l’innovation. Responsable du pôle Idées de La République en Marche entre 2017 et 2019, il était déjà conseiller au cabinet de Laurent Pietraszewski lors de ses précédentes fonctions de secrétaire d’État aux Retraites.

Titulaire d'un DESS d'économie obtenu à La Sorbonne, Stéphanie Deschaume a occupé plusieurs postes au sein du ministère des Affaires sociales entre 1994 et 1999 avant de rejoindre la Caisse nationale d'assurance-maladie des indépendants (Canam), puis le RSI où elle fut successivement directrice adjointe (2006-2011), puis directrice de cabinet à la direction générale (2012-2016). Directrice adjointe à l'intégration des régimes d'assurance-maladie au sein de la Cnam de 2017-2019, elle rejoint Laurent Pietraszewski au Haut-Commissariat aux retraites en 2019 puis au secrétariat d'État éponyme. 

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre