logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

2021, une année pour la RSE, selon l'ANDRH (sondage)

Fonction RH | publié le : 22.09.2020 | Gilmar Sequeira Martins

RSE - Responsabilité sociétale des entreprises

Crédit photo JeromeCronenberger - stock.adobe

Dans l’enquête de rentrée sur «l'emploi et le futur du travail» que l’ANDRH a menée auprès de ses adhérents, 81% des 342 répondants souhaitent que soient pérennisées les mesures exceptionnelles concernant le dialogue social prises durant la crise sanitaire (réduction des délais, élargissement des moyens de réunion, assouplissements des procédures) afin d’adapter les échanges avec les organisations syndicales à l’urgence à laquelle sont confrontées les entreprises. « Pour négocier un APLD (accord sur l'activité partielle de longue durée) ou un APC (accord de performance collective), il faut quatre à six mois avec les procédures habituelles », déplore Benoît Serre, vice-président de l’ANDRH. Pour les DRH, l’adaptation des règles du dialogue social reste donc une priorité. En toute logique, l’ANDRH n’est pas favorable à des négociations sur le télétravail. « Il faut éviter d’être sur-normés », ajoute Benoît Serre, vice-président de l’ANDRH.

Interrogés sur l’impact de la crise, les DRH reconnaissent globalement qu’elle a permis à leur fonction d’atteindre une autre dimension. « Cette crise a permis de repositionner la fonction RH à la fois en matière de pilotage stratégique et de maîtrise des risques RH car l’humain est au cœur de nos organisations et de notre fonction », estime Laurence Breton-Kueny, vice-présidente de l’ANDRH. Mais il reste encore beaucoup à faire. Les priorités de 2020 seront marquées par la gestion des mesures de prévention liées à la Covid-19 pour 84% des sondés. Une focalisation qui tient à la situation sanitaire mais aussi à l’évolution constante des textes réglementaires. Sans surprise, le télétravail constitue la seconde priorité (69%), suivie par l’accompagnement des managers (67%) qui doivent gérer des équipes souvent réparties entre domicile, bureaux et ateliers de production. La quatrième priorité touche au recrutement. Concernant le plan de relance, Benoît Serre souligne que les DRH sont très favorables aux mesures prises en faveur des jeunes : « Elles correspondent à leurs besoins et ont un effet positif sur leurs engagements. » Il note cependant que les DRH sont très partagés sur l’efficacité du plan de relance : si 36% estiment qu’il sera insuffisant et 26% le contraire, une majorité (41%) ne se prononcent pas. « Les DRH ne voient pas encore comment les 100 milliards du plan de relance vont se transférer dans la vie réelle », résume Benoît Serre. Un point très positif ressort cependant : 73% des sondés indiquent ne pas être concernés par une restructuration des effectifs. 
Pour 2021, les répondants ont déjà une vision claire. L’année prochaine va, selon eux, tourner autour de trois thèmes majeurs. Au-delà de l’accompagnement du management (56%), le développement d’actions « RSE » centrées sur la mobilité durable, l'écologie, l'engagement de l’entreprise recueille 53% des suffrages, soit 26% de plus qu’en 2020 avec une très forte présence des entreprises de moins de 300 salariés. La troisième axe portera pour 46% des DRH sur les difficultés de recrutement.

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins