logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Un arrêt de travail automatique sans carence en cas de Covid-19 dans le secteur privé

Santé au travail | publié le : 11.01.2021 | Benjamin d'Alguerre

Crédit photo

Avec la reprise de la contamination et l’apparition des variants au Coronavirus, le Gouvernement a décidé de muscler ses dispositifs d’incitation des salariés susceptibles d’être atteints par la Covid-19 à rester isolés. Depuis le 10 janvier, les personnes symptomatiques ou « cas contact » peuvent bénéficier d’arrêts de travail délivrés automatiquement par l’Assurance-Maladie et être indemnisés sans jour de carence. Jusqu’à présent, cette mesure, instaurée pendant le premier confinement puis mise à l’arrêt à son issue, avait fait son retour dans la fonction publique le 11 décembre 2020 et son extension au secteur privé avait fait l’objet de nombreuses revendications syndicales.

Désormais, tout salarié du privé s’estimant symptomatique pourra, sur simple inscription sur les sites declareameli.fr ou declare.msa.fr, obtenir immédiatement un récépissé justifiant son absence au travail et bénéficier immédiatement d’une indemnité journalière pour maladie dès le premier jour d’arrêt et ce, jusqu’à la réception de son test. En cas de résultat positif, la prise en charge financière par l’Assurance-maladie se poursuivra à hauteur du montant du salaire intégral, là encore sans délai de carence. En outre, les salariés identifiés cas contact à l’issue de leur examen pourront bénéficier d’un service de suivi téléphonique et, à compter du 20 janvier, d’une visite d’un infirmier à domicile.

La CPME s’inquiète des conséquences éventuelles de cette annonce qui « revient à consacrer le caractère automatique de l’arrêt de travail en cas de symptômes supposés et ce, sans aucun contrôle médical ni test préalable », déclare-t-elle dans un communiqué. « Parmi les symptômes susceptibles de révéler une infection à la Covid-19, certains sont heureusement bénins et sans aucun lien avec la pandémie », souligne la CPME. Et surtout « une telle disposition serait de nature à entraîner une très forte augmentation des arrêts maladie et ouvrirait la porte à un absentéisme incontrôlé risquant de désorganiser les entreprises ». Sans remettre en cause l’objectif sanitaire de cette annonce, la CPME souhaite donc que celle-ci soit soumise à un encadrement évitant les dérives de toutes natures.  

 

 

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre