logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Les trois quarts des Français pensent que le télétravail favorise les pratiques addictives

ISRH | Santé au travail | publié le : 04.11.2020 | Nathalie Tran

Crédit photo

Alors que plus d’un tiers des Français doivent à nouveau télétravailler 5 jours sur 5 en raison du confinement généralisé, l’institut Odoxa, à la demande de GAE Conseil, expert en conduites addictives, a interrogé plus de 3.000 personnes (1.587 salariés et 577 managers)*, afin d’évaluer l’impact que ce mode de travail pouvait avoir sur les pratiques addictives en milieu professionnel. Ainsi, 41% des répondants affirment qu’elles sont fréquentes dans leur entourage. Les trois quarts des personnes interrogées (74% des managers et 70% des salariés) estiment, par ailleurs, que le télétravail accentue les addictions. En tête, la difficulté à se déconnecter (81% Français et 79% des télétravailleurs), suivie de la consommation de tabac (75%), et d’alcool (66%). Viennent ensuite la prise de cannabis (55%), de médicaments (52%) et d’autres drogues (51%). Si le télétravail accentue les pratiques addictives, il augmente également leur fréquence (46% en télétravail, contre 36% sur le lieu de travail, selon les télétravailleurs interrogés). Les Français pensent en effet que le travail à domicile accroît le risque de solitude (84%), qu’il présente des risques plus importants en matière de stress (49%) et d’épuisement professionnel (46%). Ils considèrent que ce mode de travail nécessite un accompagnement de la part de l’entreprise et du management (85%) et estiment que les managers doivent redoubler de vigilance pour éviter qu’un salarié n’ait pas de pratique addictive (79%). Ce que ces derniers reconnaissent volontiers (77%). Néanmoins le sujet reste extrêmement tabou et d’autant plus difficile à aborder avec un salarié lorsqu’il est en télétravail, selon les 80% des répondants. Ils sont également d’accord sur le fait que le télétravail rend plus difficile la détection de conduites addictives par les entreprises (80%).

*Enquête réalisée en ligne auprès d'un échantillon de 3.000 Français du 28 septembre au 6 octobre 2020.

Auteur

  • Nathalie Tran