logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

La mort d'une salariée chinoise de l'e-commerce souligne la toxicité du « 996 »

Santé au travail | publié le : 07.01.2021 | Lys Zohin

Crédit photo

Travailler de 9 heures du matin à 9 heures du soir, six jours par semaine. Au moins....

Cette « philosophie », promue par des hommes d'affaires comme le fondateur d'Alibaba, Jack Ma, qui n'avait pas hésité, en avril 2019, à déclarer que travailler jusqu'à 72 heures par semaine lorsqu'on est jeune, est « une bénédiction » pour l'économie chinoise, a fait une victime supplémentaire, le 29 décembre dernier. Une femme de 22 ans, qui travaillait depuis six mois pour la plateforme d'e-commerce Pinduoduo.

Après avoir quitté son travail à une heure et demie du matin, elle s'est écroulée sur le trottoir. Son décès a été largement relayé sur les réseaux sociaux, faisant d'elle le symbole de ces pratiques toxiques.

Depuis plusieurs mois, des milliers de salariés se sont élevés contre les horaires démentiels qu'impose l'industrie de la tech chinoise. Début 2019, ils ont fondé le site GitHub, sur lequel ils dénoncent le "996" et les sociétés qui le pratiquent, tel Alibaba. Mais rien n'a changé.

Un tweet officiel, de la part de Pinduoduo, regrettant que les « techies sacrifient leur santé en échange d'un salaire » a été prestement effacé... Les autorités n'ont pris aucune mesure pour contrer le phénomène. Toutefois, les autorités de Shanghaï, où se trouve le siège de la société Pinduoduo, laquelle n'a pas mentionné la cause du décès de la jeune salariée dans son annonce, ont lancé une enquête sur les pratiques de l'entreprise d'e-commerce et les raisons de sa mort.

« Les entreprises du numérique chinois devraient penser plus loin que simplement devenir une "licorne" et s'introduire en bourse, a déclaré Marlon Mai, directrice de la société de conseil en recrutement Morgan McKinley, à Shanghaï, et comprendre qu'une culture d'entreprise saine est une nécessité pour une croissance durable. La santé des salariés ne peut être ignorée ».


 

Auteur

  • Lys Zohin