S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Amazon s'est mis d'accord avec ses organisations syndicales

ISRH | Santé au travail | publié le : 19.05.2020 | Gilmar Sequeira Martins

100 % des effectifs auront retrouvé les sites en France le 3 juin.

Crédit photo bloomicon/AdobeStock

Fermés depuis le 16 avril, les six entrepôts d’Amazon situés en France sont de nouveau en activité depuis le 19 mai. Les organisations syndicales (CFDT, CGT, FO et SUD) sont parvenues à un accord avec la direction sur les conditions de reprise de l’activité. Représentant syndical SUD commerces et services d'Amazon Saran, Jean-François Bérot, souligne que « la direction a fini par entendre raison sur le contrôle des effectifs ». Une évolution majeure par rapport à l’attitude initiale adoptée par l’entreprise américaine lors de la diffusion du Covid-19. « La direction avait lancé une série de mesures en réaction aux annonces du Gouvernement mais il n'y avait pas de plan d'ensemble, rappelle Jean-François Bérot. Alors qu'ils ont le même CSE, les sites de Sarran et de Brétigny avaient mis en œuvre des méthodes différentes d'évaluation du risque. » La reprise de l’activité s’annonce plus ordonnée. Elle se fera en effet sur la base du volontariat. Selon le représentant de SUD, 30 % des effectifs devraient être présents dans les locaux à compter du 19 mai, puis 80 % le 26 mai et 100 % le 3 juin. « Si tel n’est pas le cas, il y aura un recours à l’intérim », précise le syndicaliste.

Parallèlement, une deuxième phase d’expertise va commencer. « Elle aura pour but d'analyser l'impact des mesures, comme le nettoyage ou la mise en place du plan de circulation, sur le travail réel », détaille Jean-François Bérot. La CFDT souligne, de son côté, que « la reprise d'activité dans les conditions demandées par les organisations syndicales marque la reconnaissance par Amazon de la légitimité des représentants du personnel ». Un résultat qui aura exigé deux décisions de justice et l’intervention du Gouvernement.

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins