logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Aération, autotests et vaccination au programme du nouveau protocole sanitaire

Santé au travail | publié le : 18.05.2021 | Benjamin d'Alguerre

Le nouveau protocole sanitaire en entreprise qui entre en vigueur ce mercredi 19 mai ne modifie pas la règle du « télétravail cinq jours sur cinq » mise en place en janvier dernier par les pouvoirs publics. Les employeurs ont cependant la possibilité d’instaurer une journée présentielle par semaine pour éviter une trop grande désocialisation à leurs salariés. Jusqu’au 9 juin, date annoncée du vrai commencement du déconfinement, les salariés restent tenus de demeurer au maximum chez eux pour limiter les risques de contamination sur le lieu de travail. Tenant compte d’un risque épidémique toujours haut, le nouveau protocole cible surtout les risques de transmission aéroportée du virus. Autrement dit : sa circulation dans les espaces de travail clos lorsque ceux-ci ne sont pas suffisamment aérés, comme l’observait déjà le Haut Conseil de la santé publique le 28 avril dernier. Consigne est donc donnée aux employeurs de brancher les aérations ou, si les lieux n’en disposent pas, de maintenir portes et fenêtres ouvertes (en permanence ou quelques minutes par heure en fonction des circonstances) pour faciliter la circulation de l’air. Les mesures de contrôle du taux de dioxyde de carbone dans l’air grâce à un détecteur de CO2 sont également recommandées. Mais dans tous les cas, le port du masque demeure obligatoire dans les locaux de l’entreprise.

Autres recommandations faites aux employeurs : la facilitation du dépistage et de la vaccination pendant le temps de travail. Les entreprises qui le voudront pourront proposer à leurs salariés des autotests – à leurs frais – afin de limiter les contaminations de personne à personne. De même, les entreprises sont tenues dans la mesure du possible d'encourager la vaccination de leurs salariés. Depuis le 24 avril, les plus de 55 ans peuvent bénéficier d’un accès prioritaire au vaccin, mais la campagne vaccinale ayant été plus largement ouverte, tout salarié qui souhaite se faire vacciner sur son temps de travail pourra le faire après en avoir informé son employeur. Aucune pose de RTT ou de jour de congé ne pourra être exigée et l'employeur ne pourra pas, par ailleurs, s’y opposer. Comme dans les précédents protocoles, tests et vaccins relèvent du volontariat du salarié.

Côté patronal, le nouveau protocole ne soulève pas l’enthousiasme. « Il ne change rien à part l’obligation faite aux employeurs de laisser leurs salariés l’occasion de se faire vacciner, mais cela le Medef le disait déjà depuis plusieurs mois », confiait Geoffroy Roux de Bézieux le 18 mai à l’occasion d’une « déambulation » au forum des Halles, afin d’y prendre le pouls des commerçants avant la réouverture des enseignes de ce matin. Vivement le 9 juin, donc.

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre