logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Plus de la moitié des salariés sont régulièrement stressés au travail

Conditions de travail | publié le : 15.07.2020 | Lys Zohin

Crédit photo

Selon l'étude Workforce View 2020, menée par l'ADP Research Institute dans 17 pays et auprès de plus de 32 400 salariés (dont 1 916 en France), entre le 29 octobre 2019 et le 6 janvier 2020, les salariés de l'Hexagone ressentent, pour 55 % d'entre eux, du stress chaque semaine au travail (contre 62 % dans le monde et 66 % en Europe). Les salariés d'Amérique du Nord sont les plus susceptibles de se sentir stressés régulièrement (67 % aux États-Unis et 69 % au Canada). En revanche, en France, les salariés semblent moins stressés que leurs voisins européens... Ainsi, 76% des salariés, en Allemagne, déclarent ressentir un stress chaque semaine, suivis par les salariés suisses (68 %), anglais et italiens (68 % dans ces deux derniers cas). Les secteurs qui engendrent le plus de stress en France sont l'immobilier (68 % des salariés se disent stressés au moins une fois par semaine), les médias et la construction (67 % dans les deux cas). En outre, en France, 29 % des répondants déclarent qu'ils pourraient discuter de leur stress avec des amis ou des collègues proches, mais seuls 15 % oseraient l'évoquer avec leur manager et à peine 9 % avec les RH. Ce qui fait dire aux experts d'ADP Research Institute que « si les campagnes de sensibilisation et de lutte contre les risques psychosociaux ont gagné du terrain dans plusieurs pays ces dernières années, ce sujet reste néanmoins tabou dans d'autres ». Pour Carlos Fontelas De Carvalho, président d'ADP France et Suisse, « il reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant d'avoir des conversations ouvertes sur le sujet. Les équipes RH ont un rôle majeur à jouer pour lever les obstacles afin que les salariés se sentent suffisamment soutenus pour oser parler. Sensibiliser les entreprises, mettre en place des politiques et expliquer aux collaborateurs comment obtenir de l'aide sont autant de moyens que les employeurs peuvent adopter pour montrer qu'ils prennent cette question au sérieux ».


Par ailleurs, à l'échelle de l'Europe, l'étude montre que les jeunes générations seraient plus à l'aise que leurs aînés à l'idée d'évoquer leurs difficultés. Parmi les personnes âgées de 18 à 34 ans en Europe, 82 % se disent prêtes à soulever un problème de bien-être au travail s'il se présentait, contre 69 % des plus de 55 ans.

Enfin, la crise sanitaire et économique « risque d'aggraver les problèmes de stress constatés dans l'étude », précise l'ADP Research Institute. L'enquête pourra être renouvelée dans quelques mois pour en étudier les effets, précise à cet égard l'ADP Research Institute.

 

Auteur

  • Lys Zohin