logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Venise cherche à attirer des télétravailleurs et des entreprises

Conditions de travail | publié le : 21.01.2022 | Lys Zohin

Venise

"Imaginez-vous vous réveiller près du Rialto, commencer votre journée devant le magnifique panorama de l'île de la Giudecca et prendre un cours de voile, le soir, sur le lagon, au soleil couchant"... La publicité pour le programme Venywhere, lancé par Venise en décembre 2021 pour attirer des télétravailleurs et les entreprises sur place, a effectivement de quoi faire rêver. Dans le sillage de la crise sanitaire, qui a vu les hordes de touristes habituelles se raréfier en ville, la municipalité cherche à se réinventer, notamment pour faire en sorte que le tourisme, très dommageable pour l'environnement, ne soit pas sa seule ressource, de même que pour repeupler Venise, que les natifs avaient fuie, précisément en raison de l'impact du tourisme, que ce soit sur les prix des logements, le commerce de proximité ou la pollution. Créée par l'université Ca’ Foscari et la Fondation de Venise, une organisation qui œuvre à la protection culturelle de la Cité des Doges, et inspirée par le programme mis en œuvre par la ville de Tulsa, en Arizona, l'initiative vénitienne s'adresse aussi bien aux indépendants qu'aux télétravailleurs employés par des entreprises et aux entreprises elles-mêmes, qui pourraient envoyer des équipes entières à Venise, au moins temporairement, le temps de créer – ou de recréer – de la cohésion. De quoi permettre aussi à tous les propriétaires d'appartements, loués par des plateformes de type Airbnb, de mieux assurer leurs revenus... Parmi les avantages proposés, un service de conciergerie, pour faciliter la visite d'appartements, notamment et organiser des activités en tous genres, et un réseau de wifi gratuit déployé à travers toute la ville. "La pandémie a créé une population de professionnels très qualifiés qui veulent une meilleure qualité de vie", souligne ainsi Massimo Warglien, professeur à l'université Ca’ Foscari et fondateur du programme. Entre ce phénomène et la «grande démission» qui se fait jour aux États-Unis, nous pensons que notre programme peut apporter une solution pour contrer le problème de la fuite des cerveaux, chronique à Venise, de même que celui du vieillissement de sa population."

Auteur

  • Lys Zohin