logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Près de la moitié des cadres ont du mal à se déconnecter en télétravail

Télétravail | publié le : 19.11.2020 | Lys Zohin

Crédit photo

Selon une étude de Cadremploi, près des deux tiers (71%) des cadres pratiquent actuellement le télétravail, mais ils sont plus d'un tiers (39%) à alterner entre présentiel et distanciel. Si 88% des répondants (1.015 cadres, interrogés du 6 au 9 novembre 2020), déclarent avoir un environnement de travail adapté à la pratique du travail à distance (ainsi, 78% disposent d'un espace bureau à leur domicile), 54% notent un impact négatif du télétravail sur leur posture. Ils sont également 47% à pointer des effets négatifs sur leur activité physique : le domicile étant devenu le lieu de travail, la sédentarisation des cadres s'amplifie. Par ailleurs, la frontière entre lieu de vie et lieu de travail n'existant plus réellement, 47% cadres déclarent rencontrer des difficultés à se déconnecter après leur journée de travail et 44% ont même tendance à rester hyperconnectés. Enfin, si 33% des cadres pensent qu'ils vivront mieux ce nouveau confinement, ils déclarent également être plus inquiets (37%) et moins patients (25%).

L'étude Cadremploi révèle que plus de six cadres sur 10 (65%) estiment qu'ils sont plus efficaces et 63% plus concentrés et plus productifs lorsqu'ils sont en télétravail. Ils estiment par ailleurs que le télétravail améliore leurs conditions de travail (45%), leurs horaires (45%), leur sommeil (34%) et réduit également leur niveau de stress (35%). D'autant que, contrairement au printemps dernier, ce reconfinement semble avoir été mieux préparé : une majorité de cadres jugent ainsi que leur manager, leur direction et leur entreprise étaient prêts pour cette éventualité (respectivement 57%, 54% et 59%). Les cadres qui sont managers sont d'ailleurs plus sereins : 36% d'entre eux pensent que la période de confinement actuelle sera plus simple à gérer que la précédente. Et ils ont tiré des leçons du premier confinement. Ils veulent par exemple accroître les points informels individuels ou en équipe. Car ils sont conscients de l'enjeu principal, celui de maintenir la motivation au sein des équipes, considéré comme la mission la plus difficile à mener actuellement (pour 43% d'entre eux).

Auteur

  • Lys Zohin