logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Pour la génération Z, le télétravail doit rester exceptionnel

ISRH | Télétravail | publié le : 17.06.2020 | Lys Zohin

Tout en trouvant des aspects positifs au télétravail, les jeunes s'inquiètent de la perte de relation avec les autres et des difficultés à travailler en équipe.

Crédit photo daniilvolkov/Adobe Stock

Pendant la crise du coronavirus et le confinement, les étudiants du master digital RH de l’École de management Léonard de Vinci (EMLV) ont mené une enquête sur le télétravail auprès de leurs pairs (150 jeunes de 20 à 25 ans du pôle Léonard de Vinci et d’autres écoles de commerce), l’objectif étant d’identifier le positionnement de la génération Z sur ce sujet afin de guider les entreprises dans leurs recrutements. Ils ont découvert que 60 % des personnes interrogées souhaitent que le télétravail soit exceptionnel. En effet, si les jeunes y voient des avantages – réduction du temps de trajet (100 %), flexibilité des horaires (97 %), réduction du stress (78 %), mais aussi recrutement de personnes en situation de handicap (78 %) –, ils s’inquiètent d’autres effets, moins bénéfiques, comme la perte de relation avec les autres (90 %) et les difficultés à travailler en équipe (83 %), de même que le confort de travail (56 %), qui peut être relatif, et les problèmes de concentration (52 %) et de productivité (44 %).

Ses futurs employeurs devront donc mettre en place des mesures pour attirer la génération Z, connectée et indépendante, en lui proposant de la flexibilité et des outils numériques pour travailler en équipe, s’efforcer de ne pas restreindre le relationnel avec un télétravail trop récurrent (tous les jours), se montrer vigilants sur le risque de flou entre vie personnelle et vie professionnelle (à cet égard, l’enquête révèle que 75 % des jeunes interrogés considèrent que le télétravail bénéficie surtout à la vie personnelle, au détriment de la vie professionnelle), et enfin, s’assurer que le droit à la déconnexion est bien respecté. Pour Michel Dalmas, enseignant-chercheur à l’EMLV, qui a supervisé cette étude, « la génération Z interrogée est totalement lucide sur les avantages et les limites du travail à domicile. Elle a bien compris que rien ne remplacera la relation humaine en face to face ».

Auteur

  • Lys Zohin