logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Pas de vaccin, pas d'entrée chez Morgan Stanley à New York

Télétravail | publié le : 23.06.2021 | Lys Zohin

Atlanta, Georgia, USA - January 16, 2020: Morgan Stanley sign at

La banque Morgan Stanley vient d'annoncer que les salariés comme les visiteurs, clients ou autres, qui n'auront pas reçu deux doses de vaccin anti Covid-19 n'auront pas le droit d'entrer au siège de la banque, à New York, à partir du 12 juillet. Même si l'institution financière n'a pas l'intention de demander une preuve formelle de la vaccination, elle se prépare à un retour des salariés, en septembre, au bureau. Ceux, parmi les équipes, qui ne sont pas vaccinés devront donc continuer de travailler chez eux. Cette précision a été signifiée aux salariés dans un message du directeur général, James Gordon, qui les a enjoints de revenir au travail en présentiel dans le sillage du grand week-end du 6 septembre, Labor Day, qui marque en général la rentrée après l'été.

Apparemment, cette demande expresse ne sera pas appliquée aux bureaux de la banque à l'étranger, en particulier pour les équipes au Royaume-Uni et en Inde, toujours sujettes à des restrictions, compte tenu de la résurgence du virus sur place.

« Ne vous y trompez pas, a déclaré James Gordon, c'est dans les bureaux de Morgan Stanley que l'on travaille, que l'on apprend, que nos stagiaires se forment, c'est grâce à ces relations que l'on développe le capital humain. » L'attitude de Morgan Stanley fait écho à d'autres initiatives, ou d'autres commentaires, de la part des banquiers de Wall Street. Le patron de Goldman Sachs, David Solomon, a déjà déclaré publiquement qu'il considérait le télétravail comme une « aberration », tandis que celui de JP Morgan, Jamie Dimon, a estimé qu'il s'agissait d'une pratique inadéquate, aussi bien pour les jeunes salariés que pour les plus aguerris. En Europe, pourtant, les grandes banques ont adopté une autre approche. Ainsi, NatWest s'attend à ce que seuls 13% de ses 64000 salariés travaillent à plein temps au bureau à l'avenir, tandis qu'HSBC a elle aussi l'intention de laisser une bonne partie de ses troupes en télétravail à long terme.

Auteur

  • Lys Zohin