S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le Medef lance de simples "discussions" sur le télétravail

ISRH | Télétravail | publié le : 18.05.2020 | Benjamin d'Alguerre

Les syndicats réclament une négociation débouchant sur un accord national interprofessionnel.

Crédit photo daniilvolkov/AdobeStock

Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, a écrit le 14 mai aux partenaires sociaux pour leur proposer de se lancer dans une série de « discussions » autour de la question du télétravail. « Une première réunion pourrait se tenir avant la fin du mois de mai pour une conclusion des travaux idéalement à l’été 2020 », propose-t-il dans cette lettre adressée à Laurent Berger (CFDT), Philippe Martinez (CGT), François Asselin (CPME), Alain Griset (U2P), François Hommeril (CFE-CGC), Cyril Chabanier (CFTC) et… Jean-Claude Mailly, qui a pourtant été remplacé il y a un an et demi par Yves Veyrier à la tête de Force ouvrière. Sur Twitter, ce dernier n’en a pas paru particulièrement offusqué.

Toutefois, les mots du patron des patrons sont soigneusement choisis. Il s’agira de « discussions » visant à aboutir à un « diagnostic partagé ». Et non à une négociation débouchant sur un accord national interprofessionnel (ANI), ce que réclament pourtant les syndicats. Une précédente « concertation », en 2017, s’était déjà achevée sur un tel document. À l’époque, il s’agissait de dépoussiérer le précédent ANI datant de 2005. « Il y avait des avancées dans ce texte, même s’il n’avait pas la portée d’un véritable accord national interprofessionnel », se souvient un négociateur d’alors. Cependant, la sortie des ordonnances travail de septembre 2017, dont l’une statuait sur le télétravail (le rendant possible entre un salarié et un employeur sur simple accord verbal et offrant aux salariés une présomption d’accident du travail en cas de blessure à domicile), a empêché l’ouverture d’une seconde négociation entre partenaires sociaux. Aujourd’hui, la question de la portée des « discussions » qui pourraient s’engager se pose. Les syndicats accepteront-ils autre chose qu’une vraie négociation en bonne et due forme ? 

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre