S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

L'apéro virtuel avec les collègues ne fait pas l’unanimité

ISRH | Télétravail | publié le : 30.04.2020 | Nathalie Tran

Crédit photo

En cette période de crise, plus des deux-tiers des salariés français (68%) se sentent moralement épaulés par leur employeur, selon une étude réalisée par le moteur de recherche d’emploi Indeed*. Et 54% estiment que leur entreprise a su faire preuve d’anticipation en préparant la transition vers le télétravail en amont de l’épidémie. Peu d'entre eux se disent déçus de la façon dont elle a géré la crise (19%). Pour 61% des sondés, elle reste la source principale de bons conseils visant à travailler correctement à distance, devant les amis et la famille (14%) et les médias (11%).

Cependant, si la mise en place forcée et généralisée du travail à distance a bien été acceptée par les salariés, ce n’est pas uniquement par peur d’attraper le coronavirus (76%). C’est aussi parce qu’ils y voient l’occasion de pallier les difficultés quotidiennes qu’ils rencontrent chaque jour sur leur lieu de travail. Ils sont 42% à apprécier ne plus avoir de temps à perdre dans les transports, d’être moins interrompus dans leurs tâches (14%) et, pour certains, de ne plus devoir voir certains de leurs collègues. Un sur dix voit cela comme une plus-value de la situation. Le travail en tant que lieu de socialisation ne manque pas aux salariés de manière unanime. Si 40% des répondants indiquent participer à des événements sociaux virtuels avec leurs collègues (apéro virtuel, petit-déjeuner ou déjeuner en visioconférence, etc.), 43% ne souhaitent pas prendre part à ces interactions jugées « inutiles ».

*enquête en ligne menée entre le 8 et 10 avril 2020 auprès de 1004 Français âgés d’au moins 18 ans

Auteur

  • Nathalie Tran