Audiens lance une plate-forme RH
Image

Simplifier l’embauche et la gestion des artistes et des techniciens du spectacle. Tel est l’objectif de la nouvelle solution lancée par le groupe de protection sociale Audiens, en partenariat avec la start-up Movinmotion. Un outil disponible via son portail Internet. Celui-ci se compose de plusieurs modules permettant aux employeurs d’effectuer toutes les démarches admi­nistratives : déclaration d’embauche, édition et signature électronique du contrat de ­travail, édition des bulletins de salaire, déclaration des cotisations sociales… La plate-forme renferme aussi les conventions collectives du spectacle et un carnet d’adresses de plus de 7 000 profils.

Les salariés ont, pour leur part, accès à un coffre-fort électronique dans lequel sont stockés leurs contrats et leurs bulletins de salaire. Ils peuvent aussi y suivre leurs droits à allocations chez Pôle emploi. Le service est gratuit pour les salariés, qui n’ont qu’à s’inscrire sur la plate-forme. Mais pas pour les employeurs, qui doivent débourser de 13 à 18,20 euros par bulletin de paie (la déclaration est incluse dans le prix) et de 2 à 2,80 euros pour la signature électronique de contrats.

Dans sa version originale, l’outil compte déjà 7 500 professionnels inscrits et 300 employeurs clients. Pour Audiens, qui se positionne comme le «DRH de la culture et de l’audiovisuel», l’offre «cobrandée» s’inscrit dans sa stratégie de «proposer une gestion de bout en bout et 100 % dématérialisée aux petites structures». «Mais nous nous adressons aussi aux grandes sociétés, qui gèrent rarement la paie de façon dématérialisée et s’intéressent surtout à la partie métier», souligne Éric Breux, directeur du pôle entreprises et institutions.

Pour affirmer ce positionnement, le groupe a d’ailleurs pris 25 % de participation dans le capital de Movinmotion. Globalement, les concepteurs de l’application annoncent que les économies structurelles peuvent atteindre jusqu’à 50 % «tant en saisie qu’en externali­sation», selon Jean Despax, associé chez Movinmotion.

Dès à présent, des évolutions sont prévues pour proposer plus de services. La solution va disposer d’une interface avec la CMB (l’organisme qui assure, entre autres, la visite médicale des intermittents du spectacle) pour éditer les fiches d’aptitude. «Et nous réfléchissons à des modules de formation», ajoute Éric Breux. L’application devrait aussi faire son apparition sur smartphone.