logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Plus de la moitié de ceux qui ont changé d'emploi au Japon sont satisfaits

Conditions de travail | publié le : 22.11.2021 | Lys Zohin

Emploi Japon

Le temps où les salariés japonais entraient dans une entreprise et y restaient pour l'ensemble de leur carrière est révolu depuis déjà un certain temps, mais le mouvement semble s'accélérer. Et il convient aux salariés. De fait, selon une récente étude gouvernementale, réalisée auprès de 10 000 personnes (dans plus de 17 000 entreprises) qui ont changé d'employeur entre le 1er octobre 2019 et le 30 septembre 2020, 53,4 % déclarent être satisfaites de leur nouvel emploi, contre 11,4 % seulement qui ne le sont pas. "Les conditions sur le marché du travail se sont améliorées grâce à des réformes et cela porte ses fruits", a commenté le ministère du Travail, à l'origine de l'enquête. Dans le détail, les raisons qui ont poussé les salariés à changer d'employeur sont d'abord, pour 76,6 % des personnes interrogées, des "raisons personnelles", tandis que 28,2 % citent les conditions de travail (excluant le salaire). Viennent ensuite les tâches, qui rebutaient 26 % des répondants, tandis que 23,8 % d'entre eux estimaient qu'ils étaient sous-payés. Les données récoltées par le ministère du Travail montrent en outre que les hommes semblent plus satisfaits d'avoir changé d'emploi que les femmes. Les répondants à l'enquête sont en effet à 56,4 % satisfaits (9,9 % étant mécontents) contre 49,3 % des répondantes (13,4 % d'entre elles étant insatisfaites). La source de mécontentement des femmes dans le cadre de cette nouvelle fluidité dans l'emploi tient en particulier au type de tâches, aux horaires et aux relations avec leurs collègues, selon l'enquête. D'après un autre rapport, celui du Forum économique mondial, la proportion de femmes qui ne travaillent pas à plein temps (et l'on peut penser qu'il s'agit d'un temps partiel subi) est deux fois plus élevée que pour les hommes au Japon, tandis que les salaires féminins y sont, en moyenne, de 43,7 % inférieurs à celui des hommes...

 

 

Auteur

  • Lys Zohin