logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

La société britannique Deliveroo veut distribuer plus de 18 millions d'euros à ses livreurs

Conditions de travail | publié le : 07.03.2021 | Lys Zohin

Tandis que la plateforme de livraison de repas Deliveroo, lancée en 2013 par Will Shu, un banquier de la City, s'apprête à s'introduire en Bourse, elle cherche à se comporter en entreprise responsable. Elle a ainsi créé un "thank you fund", dont une partie sera versée aux livreurs. De fait, comme Deliveroo ne considère pas ses livreurs comme des salariés, mais comme des entrepreneurs indépendants, la société ne peut pas, légalement, leur offrir des actions lors de l'introduction en bourse, pas plus qu'elle n'est dans l'obligation de leur verser un salaire minimum, ni leur offrir des congés payés ni contribuer à leur retraite... Ce fonds, doté d'un montant équivalent à plus de 18 millions d'euros, est destiné aux livreurs basés dans les douze pays où la société opère. Pour en bénéficier, les livreurs – dont un quart d'entre eux sont basés au Royaume-Uni selon la presse britannique  – devront avoir travaillé pour la plateforme depuis au moins un an et livré au moins 2.000 commandes. Les versements iront de 230 euros à un maximum d'environ 11.500 euros. Selon les estimations parues dans la presse, la moyenne serait de l'ordre de 500 euros. « Je veux remercier nos livreurs qui travaillent depuis des années pour nous et permettent à nos clients d'avoir une expérience fantastique, a expliqué Will Shu. Ils jouent un rôle central dans notre croissance et continueront de le faire. » Reste que les syndicats sont loin d'être convaincus. Alex Marshall, le président de IWGB, le syndicat qui représente les travailleurs de la gig économie, estime que ce geste ne compense en rien les revenus médiocres et les mauvaises conditions de travail que connaissent les livreurs de Deliveroo. De même, les livreurs font remarquer qu'un autre fonds, censé soutenir financièrement ceux qui ont dû se mettre en quarantaine en raison de la pandémie de coronavirus, reste difficile d'accès. L'introduction en Bourse, que se disputent les banques de la City, pourrait valoriser Deliveroo à quelque 9 milliards d'euros.


 

Auteur

  • Lys Zohin