logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Conditions de travail : le premier critère de fidélisation ?

Conditions de travail | publié le : 22.06.2022 | Gilmar Sequeira Martins

Freelance people work in comfortable conditions. Work at home co

Rester ou changer d’entreprise ? Pour près de sept salariés sur dix (69 %), le critère décisif sera les conditions de travail. C’est le résultat majeur d’un sondage réalisé par Ipsos pour RingCentral. La qualité des conditions de travail devance deux autres dimensions, pourtant souvent jugées plus déterminantes, en l’occurrence le montant des rémunérations et la qualité des relations avec les autres membres du collectif de travail. Le sondage révèle aussi une accélération des évolutions dans le rapport au travail. Accélération de la transformation digitale et télétravail sont les chevilles ouvrières de cette mutation.

Pour les entreprises, elle rebat les cartes. Un tiers des salariés déclare en effet avoir changé ses plans de carrières depuis la pandémie. Sans surprise, ceux âgés de 21 à 34 ans, sont plus nombreux dans ce cas (41 %), motivés essentiellement par la quête de sens. Même les employés ayant des enfants à charge sont prêts à changer d’emploi. Plus de quatre sur dix (43 %) se montrent cependant disposés à rester dans leur entreprise si leur employeur sait s’adapter à leurs exigences et maintient un cadre de travail flexible. La parentalité produit des effets inattendus puis que les personnes ayant des enfants sont 1,6 fois plus nombreux à déclarer avoir maintenant de meilleures relations avec leurs collègues et leurs supérieurs qu’avant le début de la crise sanitaire.

L’usage des outils collaboratifs semble avoir moins de succès dans ce domaine. Même si deux tiers des sondés estiment que la pandémie a considérablement accru l’usage des outils collaboratifs, à peine un tiers (32 %) des salariés estiment que le travail hybride ou à distance les a rendus plus empathiques envers leurs collègues. Là encore, les plus jeunes se distinguent puisqu’ils sont 54 % à partager cet avis. À défaut d’empathie, les outils de travail à distance ont-ils au moins amélioré la qualité de la communication ? Un tiers des salariés estiment que c’est le cas, mais près de deux sur cinq (17 %) déclarent que ces applications l’ont affaibli...

 

Auteur

  • Gilmar Sequeira Martins