logo Info-Social RH
Se connecter

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

18% des salariés ont été contaminés par la Covid-19

Conditions de travail | publié le : 28.05.2021 | Benjamin d'Alguerre

Asian business people working in office with new normal lifestyl

Près d'un salarié sur cinq (18%) indique avoir été contaminé par la Covid-19, dont 5% jugent « probable » que la contamination ait eu lieu sur le lieu de travail.

Crédit photo Kawee - stock.adobe.com

Les services du ministère du Travail présentent ce lundi aux organisations syndicales et patronales une première version du protocole sanitaire de déconfinement qui doit entrer en vigueur le 9 juin. S’il s’avèrera sans doute progressif et fortement encadré sur le plan sanitaire, ce protocole n’en constitue pas moins une première porte ouverte vers la perspective d’un retour à la normale pour des millions de salariés. Reste cependant à savoir dans quel état. Deux enquêtes de la Dares réalisées entre janvier et mars 2021 auprès de 17 000 actifs occupés (i.e : hors chômage partiel) et publiées conjointement le 28 mai montrent que la séquence « Covid » s’est accompagnée d’une forte dégradation des conditions de travail des salariés et de leur état de santé.

Premier constat : les travailleurs interrogés ont noté, sur la période, un accroissement de la durée (17%) et de l’intensité (17%) de leur travail. 18% ont noté une augmentation de leurs objectifs chiffrés. 26% font état d’une croissance de leurs exigences émotionnelles. Ils sont autant à exprimer une forte insécurité pesant sur leur emploi. Dans le détail, cependant, ces items connaissent d’importantes variations en fonction des catégories sociales et des secteurs d’activité. Les travailleurs « essentiels » de type ouvriers ou employés de l’agroalimentaire, de l’industrie ou de la construction, qui sont restés globalement actifs pendant la pandémie, ne signalent pas d’augmentation significative de la durée de travail pendant la crise, tandis que les cadres et professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé et du commerce de détail ont vu leurs conditions de travail se dégrader, notamment en matière de durée de travail (25%) et d’exigences émotionnelles (40%). Pire pour les salariés cadres de certains secteurs de l’enseignement et des banques-assurances, qui tirent la sonnette d’alarme sur la hausse de la durée du travail (46%) et de son intensité (72%). Enfin, les actifs des secteurs soumis à restriction (hôtellerie, restauration, tourisme, activités socio-culturelles) ne notent pas de dégradation particulière mais craignent (35%) pour la pérennité de leur emploi post-crise.

L’état de santé des salariés se révèle également dégradé. Près d'un salarié sur cinq (18%) indique avoir été contaminé par la Covid-19. Dont 5% jugent « probable » que la contamination ait eu lieu sur le lieu de travail. Une proportion qui grimpe en flèche chez ceux qui ont le plus constaté une dégradation de leurs conditions de travail (12%). C’est également chez ces derniers que l’on note la plus forte tendance à la dépression (52%) et à l’altération de l’état de santé générale (50%). Les salariés en télétravail n’ont pas été pour autant épargnés par la Covid. Un peu plus de 15% de ceux ayant télétravaillé « cinq jours sur cinq » affirment l’avoir attrapé dans le cercle familial. L’exiguïté des logements apparaît aussi comme un facteur de risques supplémentaires. « Au niveau individuel, les télétravailleurs ne semblent pas protégés de la contamination », note la Dares. En prenant toutefois des précautions avec ce chiffre, compte tenu de la difficulté de déterminer précisément les dates de contamination.

Dares_Analyses_conditions-de-travail Dares_Analyses_contamination-travail-Covid

Auteur

  • Benjamin d'Alguerre