S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Tableau de bord

ZOOM Récession en vue pour les pays développés en 2009

Tableau de bord | publié le : 01.12.2008 | Pierre-David Labani

Image

Prévisions de croissance en 2009, par pays (en %)

Crédit photo Pierre-David Labani

Une première depuis 1945 ! Après avoir une nouvelle fois revu ses prévisions économi-ques mondiales à la baisse, le Fonds monétaire international (FMI) anticipe désormais une récession économique pour les pays développés en 2009. Une prévision confortée par celle de l’OCDE. Conséquence du choc inflationniste début 2008 et de la crise financière actuelle, leur PIB devrait se contracter de 0,3 % sur l’année. Principaux touchés, les États-Unis et le Royaume-Uni, dont le PIB di-minuerait respecti-vement de 0,7 % et 1,3 %. Les ménages y sont plus exposés qu’ailleurs à la dépréciation des prix de l’immobilier et des actifs financiers, ce qui, conjugué au durcissement des conditions de crédit, devrait les amener à moins consommer. Cette raréfaction du crédit devrait également peser sur la consommation et l’investissement dans la zone euro, qui connaîtrait une croissance négative de 0,5 %. Ainsi, l’Allemagne verrait sa richesse nationale se réduire de 0,8 % et la France de 0,5 %. Dans son rapport, le FMI souligne des perspectives économiques « exceptionnellement incertaines », tant l’ampleur des retombées de la crise financière sur l’activité reste difficile à cerner. Il estime que les mesures mises en place par différents États (rachats d’actifs « toxi-ques », recapitalisation de ban-ques et octroi de garanties via l’utilisation de fonds publics, baisse des taux directeurs des banques centrales) vont dans le bon sens pour soutenir la demande, mais qu’il faudra du temps pour que leurs effets bénéfiques se fassent sentir. Dans l’intervalle, le FMI appelle les banques centrales à poursuivre la réduction de leur taux d’intérêt et les gouvernements qui le peuvent à une relance budgétaire de « grande portée » mais « ciblée ».

Prévisions de croissance en 2009, par pays (en %)
Les ménages ne sont pas égaux devant l’inflation

L’accélération de la hausse des prix accentue les inégalités entre les ménages français. C’est une des observations de l’Insee dans le dernier numéro de « France, portrait social ». Entre mai 2007 et mai 2008, l’indice des prix à la consommation a augmenté en moyenne de 3,3 %, dopé par les prix de l’énergie et de l’alimentation. Mais les ménages, selon leur structure de consommation, sont plus ou moins touchés que la moyenne par la résurgence de l’inflation. Les ménages à bas revenus, les ménages ouvriers ainsi que les ménages ruraux apparaissent parmi les plus pénalisés. Ils consacrent en effet une part plus importante de leur consommation aux produits alimentaires et pé-troliers. Les ménages ayant les revenus les plus modestes ont ainsi subi entre mai 2007 et mai 2008 une inflation de 3,75 % contre 2,81 % pour les ménages les plus aisés.

Écart par rapport à l’inflation moyenne, par catégorie de ménages, de mai 2007 à mai 2008 (en points)
Le marché du travail français est de plus en plus flexible

Au deuxième trimestre 2008, le PIB s’est réduit de 0,3 % dans l’Hexagone. Lors du même trimestre, l’emploi dans les secteurs concurrentiels a diminué de 0,2 %. Jamais les délais de transmission de la situation économique au marché du travail n’avaient été aussi courts. Un phénomène qui traduit la plus grande flexibilité du marché du travail. La part de l’intérim dans l’emploi marchand a doublé entre 1995 et 2008, passant d’environ 2 % à un peu plus de 4 %. La proportion des CDD de moins d’un mois dans les intentions d’embauche a elle aussi fortement progressé. Elle représente en 2008 plus de 55 % des embauches. Enfin, la loi Tepa a semble-t-il favorisé les heures supplémentaires au détriment de l’emploi. Dans une conjoncture économique difficile, les heures supplémentaires, qui jouaient -précédemment le rôle de première variable d’ajustement, le jouent désormais moins facilement.

Part de CDD dans les intentions d’embauche (en %)L'économie française en chiffresPrévisions internationales 2008 (en %, moyenne annuelle)

Auteur

  • Pierre-David Labani