S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le journal des ressources humaines

Le taux d'activité des seniors reste stable depuis quinze ans

Le journal des ressources humaines | Protection sociale | publié le : 01.12.2008 | B. F.

Image

Les dispositifs de censation anticipée d'activité à la fin 2007 chez les 55-58 ans (En millions)

Crédit photo B. F.

Alors que le gouvernement s'attache à promouvoir l'emploi des seniors dans le cadre de la réforme des retraites de 2003, une étude de la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) montre que, en 2007, seulement 57 % des personnes âgées de 50 à 64 ans sont actives, en emploi ou au chômage 60 % des hommes et 53 % des femmes. Un taux resté stable depuis le début des années 90. Le taux d'activité des seniors est cependant très variable selon l'âge : alors que 85 % des personnes âgées de 53 ans sont actives en 2007, seules 44 % le sont à 59 ans. L'activité entre 60 et 64 ans reste rare, mais est en légère augmentation depuis 2001.

Les retraits précoces du marché du travail sont essentiellement dus au mécanisme de préretraite et de cessation d'activité : fin 2007, près d'un homme sur cinq et d'une femme sur dix âgés de 55 à 59 ans bénéficient d'une telle mesure. Une proportion qui a baissé de fin 2000 à fin 2003 avec le recul des dispositifs de préretraite totale, avant de repartir à la hausse avec la montée en charge des dispositifs anticipés à la retraite pour carrière longue. La part des seniors bénéficiant de ces dispositifs varie également selon les professions : les retraits d'activité entre 55 et 59 ans sont peu fréquents chez les indépendants : 78 % sont actifs en 2007, contre 56 % des salariés du privé et 62 % des salariés de la fonction publique. De même, le taux d'activité progresse selon la catégorie socio-professionnelle : dans le privé, il atteint 77 % pour les cadres, 57 % pour les professions intermédiaires et les employés, alors qu'il n'est que de 40 % pour les ouvriers non qualifiés.

Auteur

  • B. F.