S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le journal des ressources humaines

BRÈVES

Le journal des ressources humaines | Protection sociale | publié le : 01.12.2008 |

Crédit photo
Mise à la retraite

Salarié… jusqu'à 70 ans

Le Parlement a adopté en première lecture l'amendement permettant aux salariés volontaires de travailler jusqu'à 70 ans. Initialement, le PLFSS prévoyait de supprimer les mises à la retraite d'office à 65 ans. Devant le tollé patronal suscité par cette disposition, les parlementaires ont donc décidé d'introduire un plafond… à 70 ans. Dans la fonction publique, l'âge maximal de mise à la retraite est toutefois plafonné à 65 ans, de même que pour les personnels navigants.

Amiante

Arcelor débouté

Le Conseil d'État a débouté Arcelor France de sa demande visant à modifier le tableau n° 30 bis relatif à la reconnaissance des maladies professionnelles liées à l'amiante. Le groupe contestait l'extension en 1999 de ce tableau aux plaques pleurales, qui représentent 71 % des maladies liées à l'amiante reconnues. Le Conseil d'État a validé cette extension en rappelant que celle-ci avait été proposée par les partenaires sociaux, sur la base des connaissances scientifiques en vigueur.

Baromètre Mercer

Des dépenses de santé en hausse de 4 %

Les remboursements de frais de santé des contrats collectifs ont progressé de 3,96 % au premier semestre 2008, comparé à la même période de 2007, selon le baromètre diffusé par Mercer. Cette hausse recouvre une dérive des dépassements en hospitalisation, une consommation croissante en optique, en dentaire et en prothèse auditive ainsi qu'une maîtrise des dépenses de consultation et de pharmacie.

Retraite

Inflation sur les indemnités de départ

Des entreprises s'inquiètent de l'impact de l'accord national interprofessionnel du 11 janvier sur le montant des indemnités de départ volontaire à la retraite, jusque-là compris entre 0,5 et 2 mois de salaire. En indiquant que le montant de l'indemnité unique de départ ne pouvait être inférieur à 1/5 de mois de salaire par année de présence, celui-ci serait susceptible d'atteindre plus de neuf mois de salaire.