S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Idées

Louise Michel revient contre les patrons voyous

Idées | Culture | publié le : 01.12.2008 | A. F.

Crédit photo

C’est un employé de funérarium qui demande à la famille éplorée… un briquet pour rallumer le feu éteint sous le cercueil. C’est une poignée d’ouvrières qui découvrent, un matin, leur usine textile vidée de ses machines et décident de se payer, avec leurs indemnités, un professionnel pour « faire buter » leur patron ! En quinze minutes, l’humour est signé : plus noir que noir. De mauvais goût, diront les uns ; à crouler d’un rire politiquement incorrect diront les autres. Un film très grolandais, préciseront les abonnés de Canal +, qui ne seront pas déçus par ce long-métrage de Benoît Delépine (membre d’Attac) et de Gustave Kervern. Après Aaltra et Avida, le duo de l’émission satirique signe certes un troisième film foutraque et déjanté, mais sur un thème rare au cinéma : les patrons voyous et le capitalisme financier. Qui est le vrai patron ? Voilà la question posée par ce « western social », où l’ouvrière Louise (une bluffante Yolande Moreau), ex-taularde cachant son identité, et Michel, security manager d’un camping de mobil-homes et ex-sportive qui a gâché sa féminité aux hormones, se retrouvent embringués dans un road-movie assassin… faute de trouver le réel décisionnaire de la délocalisation. Louise-Michel a raflé le prix du meilleur scénario au festival de San Sebastian.

Louise-Michel (1 h 34), de Gustave Kervern et Benoît Delépine, avec Yolande Moreau, Bouli Lanners. Sortie le 24 décembre.

Auteur

  • A. F.