Le théâtre, un art prisé par les entreprises
Image

Fini les heures passées à voir défiler les PowerPoint. Dans le cadre de son programme Ambition 2025, Saint-Gobain Distribution France mise sur les pratiques théâtrales pour former ses managers. Ce matin, ils étaient invités par petits groupes, et en compagnie de comédiens professionnels de la troupe À nous de jouer !, à écrire des scénarios puis à jouer des saynètes autour des dimensions managériales qu’ils devront faire vivre au quotidien : assertivité, bienveillance, cohésion, exigence, coaching et vision. Un repas de famille qui part à vau-l’eau, un coach qui fait vivre l’enfer à son tennisman, un ministre qui décharge le dossier des retraites sur le dos de sa porte-parole, un capitaine de navire qui n’arrive pas à indiquer la bonne direction à ses équipiers… Sur un ton décalé, les artistes en herbe ont donné à voir aux autres participants, à travers ces histoires, toutes les pratiques managériales qu’il était urgent de remiser au placard pour faire avancer ses équipes et valoriser le potentiel de chacun. « En mettant en scène des situations concrètes et en les faisant jouer par les collaborateurs, le théâtre permet de pointer du doigt, en les exacerbant, les mauvaises habitudes professionnelles. En face, les participants peuvent se projeter et prendre conscience qu’ils ont pu avoir de tels comportements. Il est plus facile ensuite de les leur faire abandonner pour ancrer de nouvelles pratiques. D’autre part, en s’impliquant émotionnellement, ils vont davantage retenir les informations », constate Alexandre Watrin, directeur de la formation chez Saint-Gobain.

Convaincre et avoir un impact

Précieux outil de sensibilisation, le théâtre permet d’aborder des sujets encore tabous (handicap, sexisme, risques psychosociaux, discriminations) et de déconstruire les idées reçues. En misant sur les one-man-shows, Bruno Rost, président du conseil de surveillance de Worldcast Systems basé à Mérignac, espère faire évoluer le monde de l’entreprise. Pour se consacrer à sa passion théâtrale, ce patron a troqué sa casquette de dirigeant de PME pour prendre la tête du théâtre abrité depuis janvier dans cette usine : l’AfterWork Théâtre. La ligne artistique est marquée : « voir l’entreprise par l’autre bout de la lorgnette ». Après la pièce « Embauche-moi si tu peux », la programmation abordera le burn-out, le recrutement, l’intelligence artificielle. « Souvent, ces problématiques sont traitées avec trop de sérieux, ce qui ne permet pas de les résoudre. On a fait le choix de la comédie pour sortir de la langue de bois et susciter des réactions chez le public », explique Bruno Rost. Une fois par mois, des salariés apprentis comiques de la région bordelaise seront invités à se moquer de leur environnement professionnel lors de l’AfterWork Comédie Club. En parallèle, deux salariés volontaires de Worldcast Systems, pratiquant le théâtre en amateur, monteront sur les planches aux côtés des comédiens professionnels dès septembre. « Un metteur en scène va travailler avec eux pour leur apprendre à poser leur voix, à comprendre leur personnage, à se positionner sur scène, à adopter la bonne gestuelle, à faire ressortir des émotions. Les comédiens donneront également des cours sur scène aux salariés pour les aider à progresser dans la prise de parole en public. Toutes leurs techniques sont utiles aux chefs de service, pour réussir à convaincre leurs collaborateurs, et aux commerciaux, pour avoir un impact sur les clients. Le théâtre a cette force d’entraîner les gens à exprimer leurs idées sans avoir peur des conséquences », estime Bruno Rost. Alors qu’il est amené à intervenir devant des assemblées, Frédéric Allard, directeur technique, compte sur l’AfterWork Théâtre pour être plus à l’aise en public et gagner en confiance : « Grâce au théâtre, je vais pouvoir dépasser ma timidité et dévoiler une autre facette de ma personnalité. Cette expérience va m’aider à casser les barrières avec certains collaborateurs et va montrer que je sais faire preuve d’autodérision. C’est un challenge. »