Le pouvoir d’achat des moins aisés amputé par le budget 2020
Image

Quels sont les impacts du budget de 2020 pour les ménages ? L’OFCE distingue les gagnants et les perdants dans une étude parue le 5 février. Les actifs bénéficieraient des mesures sociales et fiscales, au détriment des inactifs. En moyenne « une personne seule qui travaille verrait son revenu disponible soutenu à hauteur de 2,4 % (+ 725 euros) » par les mesures prises depuis le début du quinquennat, dont + 0,6 % (+ 190 euros) pour les seules mesures de 2020. Les actifs bénéficient notamment de la baisse de l’impôt sur le revenu, mais aussi de l’élargissement de la défiscalisation des heures supplémentaires. À l’inverse, les chômeurs et les retraités ont été mis à contribution. La mise en place de la réforme des allocations-chômage représente une « économie » de 0,8 milliard d’euros en 2020. Les 20 % des ménages les plus modestes seraient ceux qui perdraient le plus en pouvoir d’achat (entre 10 et 45 euros de pertes en 2020). Outre la réforme des droits au chômage, ils connaissent une baisse des allocations logement, et sont davantage concernés par la hausse des taxes sur le tabac. Le reste des ménages enregistrent des gains, la hausse étant plus prononcée pour les classes moyennes, que pour les ménages les plus privilégiés.