S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Le journal des RH

Réforme de la formation : le long chemin de la Fest

Le journal des RH | Formation | publié le : 01.06.2019 | Laurence Estival

Crédit photo
Publication d’articles, organisation de colloques… Après avoir été encouragée par la loi avenir professionnel et précisée par un décret, la Fest semble faire l’objet d’une certaine curiosité…

Paul Santelmann : Elle s’inscrit dans la tendance à l’internationalisation des formations à l’œuvre dans les entreprises depuis plusieurs années. Pour autant, la Fest présente une rupture conceptuelle et culturelle : c’est la reconnaissance des processus informels d’apprentissage, qui doivent toutefois être formalisés.

C’est-à-dire ?

P. S. : Contrairement à la formation sur le tas, la Fest requiert d’avoir un objectif de formation bien identifié et définit une méthode pour rendre le parcours qualifiant. Cela implique d’être en mesure de dégager du temps avant, pendant, après, pour réfléchir et pour s’interroger sur ce qu’on a fait, appris, et donc de revoir l’organisation du travail. Il faut aussi y consacrer des ressources dédiées : l’apprenant doit être accompagné par un tuteur dont la mission est plus large que dans le cadre de l’alternance, où l’apprenant utilise l’entreprise comme champ d’application de ce qu’il apprend dans des formations classiques. Dans la Fest, tout s’effectue en milieu professionnel.

Les expérimentations ont eu lieu dans des PME. Cela n’aurait-il pas été plus logique de les prévoir dans les grands groupes, qui ont les moyens d’accompagner les apprenants ?

P. S. : Le problème des grands groupes est qu’ils reproduisent le système académique. La Fest est davantage adaptée aux ETI car il faut un collectif de travail suffisant pour que cela puisse fonctionner. Et puis, il y a des enjeux de développement, car la réforme, qui oriente les fonds vers les PME, risque de handicaper ces entreprises intermédiaires. La Fest pourrait ainsi devenir pour elles un moyen de se consolider. Mais il faut que les entreprises s’y retrouvent financièrement… Pour le moment, personne ne sait comment elles vont réagir au déploiement de la réforme, à partir de l’année prochaine, ni comment vont réagir les OPCO et les partenaires sociaux. Le chemin est encore long, même s’il y a des innovations à construire…

Auteur

  • Laurence Estival