S'abonner
Se connecter
Menu
Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Actu

Indépendants très dépendants

Actu | À suivre | publié le : 01.06.2019 | I. S.

Crédit photo

On les appelle « indépendants » : une dénomination générique qui regroupe des statuts divers – autoentrepreneur, chef d’entreprise, gérant mandataire, ou même P-DG – et qui fait fantasmer plus d’un salarié. Alors qu’on les imagine volontiers libres (de choisir leurs clients, leurs horaires ou leurs tarifs), une étude de l’Insee, publiée en avril dernier, tord le cou aux clichés en pointant une réalité : un indépendant sur cinq dépend économiquement d’une autre entité. Ces indépendants « dépendants » tirent plus de 75 % de leurs revenus d’une relation avec un seul client, une seule organisation en amont – une centrale d’achat, par exemple –, ou un intermédiaire, qui peut parfaitement être une plateforme numérique. Et cette relation, quasi exclusive, a une incidence réelle sur leurs conditions de travail. D’abord en matière de stress, car plus des deux tiers des indépendants « dépendants » anticipent les difficultés qu’occasionnerait la perte de leur client. Mais aussi au niveau de leurs conditions de travail : 19 % des indépendants ayant réalisé des prestations pour un unique client au cours d’une année déclarent que ce dernier a fixé leurs heures de début et de fin de travail. Et 76 % des indépendants liés à une organisation en amont (par exemple un agriculteur dont la production serait achetée par une coopérative) affirment être soumis par cette organisation à des contraintes liées aux prix ou aux tarifs. Les trois sources de dépendance pèsent différemment selon les secteurs d’activité : le secteur agricole fournit le plus grand contingent d’indépendants liés à une organisation en amont. La dépendance à un client est plus fréquente dans l’information-communication (24 %), les transports (17 %) et les services aux entreprises (15 %). Les indépendants travaillant pour un intermédiaire, surreprésentés dans les transports et l’immobilier, sont les moins bien loti : 42 % d’entre eux gagnent moins de 10 000 euros sur l’année et un sur cinq est inscrit à Pôle Emploi.

Auteur

  • I. S.