S'abonner
Se connecter
Menu

Le portail des décideurs du social et des ressources humaines par

Liaisons sociales magazine Entreprise & Carrières
Newsletter

Magazines

Idées

Une fable sociale sur le travail

Idées | Culture | publié le : 05.12.2017 | Adeline Farge

Image

Une fable sociale sur le travail

Crédit photo Adeline Farge

Dans « L’usine de rien », film à la fois politique et poétique, tout commence lorsque la direction d’une entreprise d’ascenseurs décide de vider l’usine de ses machines. Avant de se volatiliser, sans prévenir les salariés. Très vite, ces derniers comprennent qu’un démantèlement est en cours, que des licenciements suivront. Grèves, occupation des lieux, tentative de reprise en autogestion. Plutôt qu’accepter les primes de départ, les ouvriers laissés sur le carreau s’accrochent à leur gagne-pain.

Entre des coups de sang, des débats sans fin, des moments difficiles mais aussi des instants de solidarité et de joie, avec des tournois sportifs improvisés dans les ateliers à l’arrêt, le réalisateur portugais Pedro Pinho n’omet aucune facette d’un collectif tiraillé entre la nécessité de conserver sa dignité et celle plus pragmatique de ne pas se perdre dans des grèves sans issue pour continuer à faire bouillir la marmite.

Empruntant les registres du documentaire, l’Usine de rien n’hésite pas à faire des crochets par la fiction, la comédie musicale, l’essai politique. Tour à tour, la caméra s’attarde sur les aventures sentimentales de Zé, l’un des jeunes leaders du groupe, avant de nous embarquer dans ses virées nocturnes aux accents punk, puis d’atterrir dans le salon d’un intellectuel qui développe une analyse marxiste de la situation. S’étalant sur plus de trois heures, au gré de longues digressions parfois indigestes, cette chronique sociale ne se laisse pas facilement apprivoiser. Pourtant, cet ovni cinématographique est un hymne à la puissance du collectif et un appel à inventer de nouvelles façons de travailler dans un monde écrasé par la crise.

L’usine de rien (2 h 57),

film de Pedro Pinho, sortie le 13 décembre

Auteur

  • Adeline Farge