La dépendance s’invite dans les thématiques RH

Les autorisations d’absence pour « enfant malade », les DRH connaissent. Celles pour « parent très âgé », non. Et pourtant, les difficultés d’organisation conséquentes à la dépendance des ascendants enflent dans les entreprises. « La parole des salariés n’est pas très libre. Mais on sent monter les préoccupations liées au fait d’avoir à s’occuper de ses parents », témoigne Emmanuelle Tingaud, DRH du siège de Danone. « La problématique émerge régulièrement. Les salariés se sentent démunis, et dans l’urgence », abonde Nathalie Roux-Gotrand, assistante sociale chez Bayard.

Deux entreprises qui ont fait le choix de s’investir sur le sujet. En entrant au capital, à 49 %, d’Asap Solutions, une jeune PME qui ambitionne de rapprocher besoins des salariés aidants et solutions offertes sur le marché. Moyennant 15 euros par salarié couvert, payés par l’employeur, la société promet de répondre sous soixante-douze heures ouvrées, et de façon personnalisée, à toute question. Qu’elle porte sur l’aide à domicile, l’hébergement, le diagnostic médical ou les aides financières. Lancée en juin, la plate-forme compte pour l’instant près de 2 000 bénéficiaires : les salariés de Bayard, du siège de Danone et d’Eurazeo. Un nombre qui pourrait croître rapidement.